En ce moment
 

La presse européenne séduite par Bruges et surprise par la faiblesse parisienne: "Un pétard mouillé" (vidéo)

 
 

Hier soir, les Brugeois ont obtenu un partage totalement inattendu et inespéré sur leur pelouse face au Paris Saint-Germain. Un point salué par toute la presse européenne, qui souligne le sérieux des Belges et la prestation fantomatique des Parisiens.

C'est à l'unanimité que la presse européenne décerne le prix d'équipe de la semaine au Club de Bruges. Des Blauw & Zwart qui ont accroché, voire dominé dans certaines périodes du match, de bien timides parisiens hier soir. Score final, 1-1, avec un match maîtrisé pour des joueurs d'un club de Bruges absolument légendaires.

Dans la presse européenne, c'est d'ailleurs cela qui est souvent souligné: Bruges a tout simplement dominé le PSG, à la surprise générale. "Le Club de Bruges, qui a égalisé avant la mi-temps par Hans Vanaken, a été plus agressif et s’est procuré les meilleures occasions contre le PSG. Les Parisiens ont manqué d’inspiration et de concentration défensive. Messi et ses coéquipiers n’ont pas réussi à prendre le dessus sur des Belges résistants. Le Club de Bruges a pris un point plus que mérité", écrit par exemple le Daily Mail en Angleterre.

"Messi, Neymar et Mbappé font un flop dès le début de la Ligue des champions lors d’une visite chez les ‘petits Belges’. Le Club de Bruges ne s’est pas senti intimidé par les stars du PSG. Grâce à Hans Vanaken, il a pu riposter rapidement. Et sans les arrêts de Navas, le PSG aurait pu s’incliner à Bruges", embraye The Sun, sous le charme du club belge. 

Le Bild parle même de folie pour les Brugeois. "C’était la folie à Bruges. Quel combat, quel match. Le Club de Bruges a fait match nul 1-1 contre les stars du PSG après avoir remonté un retard d’un but. Après la pause, les Belges sont restés forts et ont été la meilleure équipe. Après le coup de sifflet final, le nombre de tirs était de 16 à 9 pour les Belges. Le Club a été fortement acclamé, et à juste titre. Une belle soirée de Ligue des champions". "Nous avons vu un Bruges enthousiaste", explique de son côté le Mundo Deportivo. "Les Belges n’ont pas été intimidés par les trois “mégacraks” du PSG. Ils ont semé la confusion dans la défense parisienne. Le Club de Bruges a arraché un match nul mérité grâce à un but de son meilleur joueur, Hans Vanaken".

Le plus beau compliment vient de Marca, qui parle d'un trident parisien éteint par un autre triptyque. "On s’attendait à des débuts tranquilles et à des buts pour la ‘MNM’, mais le PSG s’est fait peur. Halloween au début de la Ligue des champions. Le PSG a eu des problèmes défensifs contre le Club. Lang le tourbillon, De Ketelaere, et Vanaken étaient plus dangereux que le trident parisien. Navas a évité le pire. L’équipe belge s’est accrochée et a obtenu un match nul inattendu mais glorieux".

La presse française abasourdie

Côté français, les médias sont surtout inquiets du niveau affiché par un bien triste PSG. "C'est presque un moindre mal pour le club de la capitale de ramener un point de Belgique. Si une équipe méritait mieux, c'est bien Bruges", écrit par exemple Eurosport, qui s'en prend ensuite aux stars parisiennes. "Kylian Mbappé, bien que décisif, a pour sa part manqué de justesse. Contrairement à Hans Vanaken, impérial dans son rôle de chef d'orchestre au sein d'une équipe belge où chaque élément s'est montré performant. Le manque de repères peut s'expliquer, pas celui de caractère. On attendait un feu d'artifice, on a eu droit à un pétard mouillé. 16 tirs pour le FC Bruges, 9 pour le PSG. Cela résume déjà la domination des Belges sur cette rencontre".

Chez RMC aussi, on insiste sur l'échec parisien. "Finalement, ce n'est pas le trio Messi-Mbappé-Neymar qui s'est le plus illustré dans cette rencontre. Bruges a fait souffrir l'équipe parisienne avec sa jeune attaque formée par Noa Lang (22 ans), Charles de Ketelaere (20 ans) et Kamal Sowah (21 ans)". "Deux ans après être venu se régaler ici même, avoir vu 'Kylian le barbare' signer son premier triplé sur la scène européenne et 'Mauro le taureau' y aller de son doublé, le PSG a vécu un calvaire sur la pelouse du stade Jan-Breydel à l’occasion du lever de rideau de sa nouvelle campagne européenne", écrit de son côté Le Parisien. "Le trident Messi-Mbappé-Neymar a globalement déçu, la formation parisienne a été surpassée dans l'envie et l'intensité par un très bon collectif brugeois", conclut L'Equipe.

Il y a encore du travail pour le PSG. 


 




 

Vos commentaires