En ce moment
 

Le coronavirus s'invite en Ligue des Champions, alors que 3.000 fans de la Juventus se dirigent vers Lyon

Le coronavirus s'invite en Ligue des Champions, alors que 3.000 fans de la Juventus se dirigent vers Lyon

Lyon part en quête d'exploit contre la Juventus, des étoiles dans les yeux face à Cristiano Ronaldo mais les pieds embourbés dans ses difficultés du moment, mercredi (21h00) en 8e de finale aller de Ligue des champions, joué malgré les interrogations liées au coronavirus.

Si le tirage au sort a offert un adversaire de prestige à l'OL, l'ambiance est moins à la fête qu'à l'inquiétude avant la rencontre. L'épidémie du nouveau coronavirus qui sévit dans le Nord de l'Italie fait planer une ombre au-dessus du stade de l'OL, où près de 3.000 supporters, venus de toute la Botte, sont attendus dans l'enceinte à guichets fermés.

La rencontre est pour le moment maintenue "dans sa configuration initiale", selon un communiqué du club lyonnais publié mardi après-midi, bien que la Juventus jouera dimanche à huis clos, contre l'Inter, pour éviter tout risque de propagation dans le pays européen le plus touché par le virus.

Mercredi matin, Ségolène Royal a critiqué cette décision, "incohérente", sur France 2. "L'opinion publique ne comprend pas", a déclaré l'ancienne ministre socialiste. "Ce n'est pas utile, dans un moment où on est dans la convivialité, dans le sport, de créer un certain nombre d'angoisses supplémentaires, a assuré mardi le président de l'OL Jean-Michel Aulas sur BFM TV. La crainte pour nous n'est pas liée au virus, mais plutôt à la qualité de cette équipe turinoise."

Lyon aurait préféré passer des heures moins agitées en coulisses, et vendre cette affiche de rêve aux supporters qui, un an après la venue de Lionel Messi, verront Cristiano Ronaldo évoluer sous leurs yeux. L'OL croise à nouveau la route d'un monument du football, synonyme le plus souvent pour lui de terminus. La saison passée, le Barça a été accroché lors de son étape lyonnaise (0-0), avant de faire la différence à domicile (5-1) avec un doublé de sa "Pulga" argentine.

Vos commentaires