Ligue des Champions: Manchester City ne doit "pas laisser d'espaces" à Haaland

Manchester City ne doit
(c) belga
 
 

Chassé de la Ligue des champions l'an dernier par Lyon (3-1), Manchester City retente sa chance contre le Borussia Dortmund d'Erling Haaland auquel il ne faudra "pas laisser d'espaces", prévient l'Espagnol Rodri.

"Pas d'espaces" à Haaland

"C'est incroyable ce qu'il fait à seulement 21 ans, mais on ne se focalise pas sur un seul joueur, mais sur un collectif", a expliqué Rodri en conférence de presse. "Ils ont une équipe très offensive. Je les ai joués avec l'Atlético Madrid, c'était des matches difficiles, et au tour précédent ils ont marqué trois buts à Séville. Ils évoluent avec quatre joueurs offensifs, des fois c'est un jeu un peu anarchique, mais il vous prennent en contre-attaque en profitant des espaces. Il ne faudra pas laisser d'espaces. Nous ne devons pas changer notre style de jeu, la clef est de contrôler le match à notre façon."

"Même un aveugle..."

L'entraîneur mancunien "Pep" Guardiola ne s'est jamais laissé entraîner sur la pente des nombreuses questions qui lui ont été posées sur le prodige norvégien. Et certainement pas sur la possibilité de le recruter la saison prochaine. "Je ne sais pas, c'est une question pour son agent, pour Dortmund. Je comprends que vous la posiez aujourd'hui, hier et demain, c'est un buteur exceptionnel, les chiffres parlent tout seuls, mais ce serait inapproprié pour moi de parler d'un joueur d'un autre club. Mais même un aveugle se rendrait compte que c'est un joueur fantastique, pas besoin d'être un manager". Et pour l'arrêter, "c'est mathématique: les buteurs ont plus de chances de marquer dans la surface, moins il passe de minutes dans la surface, moins ils ont de chance de marquer..."

Lyon, souvenir douloureux

Déjà parmi les favoris l'an dernier, Manchester City avait échoué en quart de finale contre Lyon (3-1), mais les Citizens expliquent qu'ils faut digérer cette déception. "C'était un échec, admet Rodri, mais c'était seulement sur un match, c'est différent, là nous avons la possibilité de renverser la situation et de prouver que nous sommes prêts pour ce défi. L'important est de rester calme, de penser au match et pas aux répercussions du résultat, aux médias".

"Bien sûr, c'est resté dans ma tête des semaines, tout l'été, et c'était douloureux", enchaîne Guardiola. "Nous avons félicité Lyon, accepté de n'avoir pas mérité de passer. Évidemment c'était douloureux, mais au final que peut on faire? Il faut préparer la saison suivante, et nous revoilà à essayer à nouveau."

Guardiola: "Nous sommes un grand club"

Faut-il gagner la C1 pour être un grand club ? "Nous sommes déjà un grand club, répond Guardiola, pas une grande équipe mais un grand club, avec toutes les infrastructures et l'organisation. Mais tout le monde ici, moi, les joueurs, veut faire mieux que nous avons fait jusqu'ici dans cette compétition. Mais ce n'est pas parce que nous le voulons que nous allons jouer mieux. Au final, c'est un match à onze contre onze."


Propos recueillis en conférence de presse par l'AFP.




 

Vos commentaires