Pep Guardiola: "Manchester City n'est pas comparable au FC Barcelone"

Guardiola:

L'entraîneur de Manchester City Pep Guardiola a estimé mardi que son équipe ne pouvait pas encore être comparée au FC Barcelone qu'il entraînait, à la veille du huitième de finale retour de Ligue des champions contre Bâle (aller: 4-0).

"Ce n'est pas bon pour nous de se comparer avec cette équipe parce qu'elle a dominé la dernière décennie avec des joueurs et des entraîneurs différents. Ils ont gagné tellement de choses", a déclaré Guardiola en conférence de presse.

"Nous venons de remporter notre premier titre, donc pour penser faire partie du même genre d'équipes (que le Barça), il faut être là pendant très longtemps. On parle d'années", a-t-il ajouté.

Sous la direction de Guardiola, de 2008 à 2012, le Barça a notamment remporté deux C1 (2009, 2011), trois Liga (2009, 2010, 2011) et deux Coupes du Roi (2009, 2011).

Depuis le départ de Guardiola, le Barça a remporté trois autres Liga, trois autres Coupes du Roi et un nouveau titre européen en 2015.

La Catalan, en poste depuis l'été 2016 à Manchester City, n'a remporté que la Coupe de la Ligue en février avec le club anglais.

"Quand j'entends que nous sommes favoris pour remporter la Ligue des champions, je suis honoré. Parce que si nous ne jouons pas bien, (...) les gens ne diront pas que c'est parce que nous n'avons pas d'histoire (européenne)", a jugé le technicien, qui avait été éliminé de la C1 par Monaco au stade des huitièmes de finale la saison passée.

"Le ruban jaune sera toujours là"

L'entraîneur, qui est sous le coup d'une procédure disciplinaire de la Fédération anglaise de football (FA) pour le ruban jaune qu'il arbore en soutien aux séparatistes catalans emprisonnés, a indiqué qu'il porterait le symbole lors du match mercredi. Le ruban jaune n'est en effet pas interdit par l'UEFA.

"J'accepte la décision (de la FA) parce que je dois le faire, mais cela ne veut pas dire que je suis d'accord ou pas, ou qu'ils ont raison ou pas. Je suis ici, je travaille ici et il y a des règles et je les accepte", a-t-il expliqué.

"J'ai dit dès le début que si la FA considère que je ne dois pas porter le ruban jaune, je l'accepterais. Mais le fait que je le porte ou non ne veut rien dire", a-t-il continué.

"Le ruban jaune sera toujours là, que vous le voyiez ou non. Même si je le porte lors de la conférence de presse, ou après le match, peu importe, la situation ne change pas, il y a encore des gens injustement en prison", a-t-il conclu.

Vos commentaires