En ce moment
 

MotoGP: Bagnaia, vainqueur à Misano et dernier rival de Quartararo pour le titre

 
 

En remportant dimanche au GP de Saint-Marin sa deuxième course d'affilée, l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati) ne lâche rien face au Français Fabio Quartararo (Yamaha), qui reste néanmoins solide leader du championnnat du monde de MotoGP.

Victorieux de ses deux premiers Grand Prix en MotoGP, après le GP d'Aragon, Bagnaia vient de reprendre 17 points en deux semaines pour mettre la pression sur Quartararo. Mais ce dernier compte encore 48 unités d'avance alors qu'il ne reste que quatre courses.

"Les dix derniers tours, quand je voyais Fabio revenir c'était très difficile, mais j'ai tout donné", a soufflé l'Italien. "J'avais du mal à gagner ma première course et maintenant j'en gagne deux d'un coup... je suis vraiment très heureux".

"Surtout ici, cela signifie beaucoup pour nous, c'est très spécial", a ajouté l'Italien, vainqueur avec une moto italienne en Italie.

Parti en pole position, Bagnaia a vu revenir irrémédiablement Quartararo, parti lui 3e, dans les derniers tours. Mais il a su résister jusqu'au bout, gardant 364/1000e de seconde d'avance à l'arrivée, pour empêcher une 6e victoire du Français de 22 ans cette saison et garder un espoir de titre.

- "Bonne opération" selon Quartararo -

Après son 9e podium cette saison, son 19e en MotoGP en trois saisons seulement (son 23e toutes catégories mondiales confondues), Quartararo avait le sourire même s'il n'a pas gagné: avoir perdu "seulement" cinq points est "une bonne opération au final".

"Sur la ligne d'arrivée vous ne pouvez pas imaginer à quel point j'étais heureux car j'étais tout le temps à la limite", a-t-il avoué. "J'ai donné le maximum, je voulais la victoire. Mais +Pecco+ était plus fort, félicitations à lui. En tout cas, on a fait le boulot et on a toujours 48 points d'avance donc restons calme".

Avant la fin de saison et notamment le prochain GP aux Etats-Unis, le 3 octobre, il a résumé son approche: "Peu importe si je joue le championnat ou non, je veux gagner" chaque course.

"C'était tellement difficile, j'ai perdu pas mal de temps au début", a déclaré Quartararo, longtemps troisième derrière l'autre Ducati de Jack Miller, qu'il a dépassé au 13e tour sur 27.

"Dépasser Jack était longtemps impossible, après j'ai réussi à rejoindre Pecco, mais le doubler c'était une autre histoire", a expliqué celui qui comptait trois secondes de retard avant de revenir dans la roue de l'Italien.

L'avance de Quartararo reste confortable à quatre courses du dénouement, mais le pilote Yamaha a trouvé avec son rival de Ducati un adversaire de taille. Le seul, car derrière, l'Espagnol Joan Mir (Suzuki), tenant du titre, a 67 points de retard, et l'autre Français Johann Zarco (Ducati-Pramac) est désormais 93 longueurs derrière son compatriote. Mir et Zarco ont fini respectivement 6e et 12e dimanche.

Un autre Italien, Enea Bastianini (Ducati-Avintia) a pris la 3e place, son premier podium en catégorie reine. Marc Marquez (Honda) et Miller, parti en deuxième position sur la grille, ont terminé 4e et 5e.

Devant ses fans, limités à 23.000 en raison de la crise sanitaire, Valentino Rossi a lui pris la 17e place. La légende italienne de la moto va prendre sa retraite en fin de saison, à 42 ans.


 




 

Vos commentaires