MotoGP d'Emilie-Romagne: Vinales gagne enfin, Dovizioso reste leader

MotoGP d'Emilie-Romagne: Vinales gagne enfin, Dovizioso reste leader
L'Espagnol Maverick Vinales, vainqueur du GP d'Emilie-Romagne, en motoGP, à Misano, le 20 septembre 2020ANDREAS SOLARO
 
 

L'Espagnol Maverick Vinales (Yamaha), parti en pole position, a remporté dimanche le Grand Prix d'Emilie-Romagne sur le circuit de Misano, alors que le Français Fabio Quartararo (Yamaha-SRT) a perdu le podium et terminé quatrième à cause d'une pénalité en fin de course.

Au classement du championnat, l'Italien Andrea Dovizioso reste en tête avec 84 points, soit un petit point d'avance sur Vinales et Quartararo (83), et quatre sur un autre Espagnol, Joan Mir (Suzuki), deuxième dimanche au terme d'une superbe remontée.

"Ca fait du bien, parce que je sais que beaucoup doutaient de moi après la course de dimanche dernier. Ma motivation est toujours la même et je veux toujours gagner, mais si je n'ai pas assez confiance dans la moto, je ne peux pas attaquer comme je veux", a expliqué Vinales en conférence de presse.

Vinales était déjà parti en pole dimanche dernier pour le GP de Saint-Marin, mais il n'avait pas réussi à s'imposer: "C'était beaucoup mieux que la semaine dernière, et en plus, comme ça n'allait pas très bien vendredi, on a fait de gros progrès pendant le week-end. Je prends le maximum de points ici et je sais qu'on a un gros potentiel pour la suite de la saison", a aussi dit l'Espagnol.

Vinales est le sixième vainqueur en sept manches cette saison, et seul Quartararo a gagné deux fois. La 8e manche de la saison aura lieu dimanche prochain sur le circuit de Montmelo, en Catalogne.

Mir, parti de la 11e place sur la grille, a conclu sa remontée par un double dépassement d'école sur Pol Espargaro (KTM) et Quartararo: "Je suis vraiment fatigué, car j'ai tout donné aujourd'hui, à chaque tour, et je suis heureux car j'ai pu mettre toutes les cartes sur la table", a dit Mir. "A la fin, j'ai vu que je pouvais aller chercher le podium".

"J'ai eu du mal avec mon pneu arrière, il m'a dit au revoir à la fin, mais on savait que ça risquait d'arriver", a souri Espargaro. "A la fin, j'ai eu de la chance, grâce aussi à la pénalité de Fabio. Je n'ai rien lâché et ce podium on le prend comme une victoire, parce que la semaine dernière on était un peu largués".

- Quartararo: "J'ai hâte d'être à Barcelone" -

Quartararo, en pleine bagarre avec Espargaro dans les derniers tours, a dépassé trois fois les limites de la piste mais n'a pas vu l'avertissement de la direction de course sur son tableau de bord.

"Je suis vraiment content de ma course, parce que c'était important de la finir en troisième position après tous ces week-ends où ça allait moins bien. J'ai bien reçu le message sur la pénalité, mais comme je n'avais pas reçu les messages précédents me disant que j'avais dépassé les limites de la piste, j'étais un peu surpris", a expliqué le Français, qui reste plus que jamais dans la course au titre.

"C'est décevant et frustrant d'avoir reçu cette pénalité, mais j'ai hâte d'être à Barcelone. Globalement, je suis heureux de ma course car j'avais un bon rythme et, même si c'était difficile pour moi de dépasser, je me suis battu jusqu'à la fin pour être sur le podium. J'ai aussi pris un bien meilleur départ et je pense que j'ai beaucoup progressé sur ce point", a ajouté le pilote Yamaha au sujet de son point faible.

Le grand déçu du jour peut être l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati-Pramac). Intouchable en début de course après avoir doublé Vinales, "Pecco", qui boitait tout le week-end après être tombé lors des essais, a encore chuté à sept tours de la fin alors qu'il était en tête, avec une grosse seconde d'avance sur Vinales.

L'autre déçu est le héros local, le vétéran italien Valentino Rossi (Yamaha), 41 ans: il a chuté en début de course, alors qu'il était bien placé sur la grille (7e) et avait bien démarré.




 

Vos commentaires