En ce moment
 

MotoGP: la pole pour Quartararo en Andalousie, Marc Marquez forfait

 

Le Français Fabio Quartararo a poursuivi sur sa lancée en réalisant la pole position pour le MotoGP d'Andalousie dimanche pour lequel le sextuple champion du monde espagnol Marc Marquez a préféré finalement déclarer forfait.

Marc Marquez s'était fracturé le bras droit en tombant dimanche dernier en course alors qu'il était lancé à la poursuite de Quartararo. Celui-ci en avait profité pour remporter la première victoire de sa jeune carrière en MotoGP et prendre par conséquent la tête du classement provisoire du championnat du monde.

C'est la 2e pole consécutive cette saison, et la 8e de sa carrière en MotoGP, pour Quartararo qui court pour l'écurie SRT, satellite de l'usine Yamaha. Le Français de 21 ans a devancé l'Espagnol Maverick Vinales qui court lui sur une Yamaha d'usine. Ce dernier avait réalisé le meilleur temps dans les dernières secondes de la séance de qualification mais en a ensuite été privé pour avoir dépassé les limites de la piste dans son tour le plus rapide.

"En fait, mon tour n'était pas si bon que cela. J'ai eu beaucoup de difficultés pour faire un bon temps. Mais je suis satisfait car nous avons montré un très bon rythme de course pendant la 4e séance d'essais libres et c'est le plus important pour se battre demain, et la moto marche très bien", a déclaré le pilote français.

Pour sa 2e saison seulement au plus haut niveau, il s'affirme comme un sérieux prétendant au titre.

Mais la nouvelle du jour est le forfait de Marc Marquez, qui aura pourtant tout essayé pour s'aligner au départ de la course dimanche à 14h00 locales (12h00 GMT).

Le pilote Honda avait participé aux essais libres samedi matin mais a préféré s'abstenir pour les qualifications dans l'après-midi, prenant la décision de facto de partir en dernière position pour la course.

- Dure pilule -

La décision de finalement ne pas y participer est tombée juste après la fin de la séance de qualifications. "On ne prendra pas plus de risques, Marc ne courra pas demain", a indiqué son patron d'écurie Alberto Puig.

"Marc souffrait trop et nous avons décidé que la meilleure solution était d'attendre Brno", où se disputera le 9 août le prochain Grand Prix de République tchèque, a-t-il souligné.

Pour le sextuple champion du monde, qui a pour but d'égaler les sept titres du vétéran italien Valentino Rossi - 4e en qualifications samedi -, la pilule doit être dure à avaler.

Elle implique deux résultats blancs alors que, bouleversé par la pandémie de coronavirus, le nombre d'épreuves du championnat du monde va être réduit cette année, avec probablement seulement une quinzaine de courses disputées.

Marc Marquez avait déjà identifié l'an dernier Quartararo comme l'un de ses principaux rivaux cette année pour le titre mais c'était sans compter sur sa blessure et un nombre d'épreuves réduit.

Quartararo le considère toutefois toujours comme un sérieux prétendant.

"Bien entendu que Marc est un rival pour le titre. Certes deux résultats blancs, c'est difficile dans ce genre de championnat car il sera plutôt court, mais on connait le potentiel de Marc. Nous avons une bonne opportunité de nous battre pour le titre alors on fera de notre mieux mais il reviendra certainement à Brno dans de bonnes conditions, alors il faut faire de notre mieux", a-t-il souligné.

Quant à Maverick Vinales, deuxième de la course dimanche dernier, il a encore dû subir la loi de son rival français qui, tout en courant pour une écurie satellite, dispose d'une machine quasi-identique à celles d'usine.

Il sait aussi que l'an prochain, Fabio Quartararo sera son équipier au sein de l'écurie officielle, la marque aux diapasons ayant d'ores-et-déjà choisi le Français pour remplacer Valentino Rossi, 41 ans.

Quant à l'autre Français engagé en MotoGP, Johann Zarco (Ducati-Avintia), il partira 15e dimanche.

"Il y a des progrès, plus mesurés que ce que j'attendais mais pas à cause de la moto ou de moi mais beaucoup de choses doivent marcher ensemble et cela prend plus de temps que j'attendais. Mais il n'y a pas de stress", a-t-il affirmé.

 

Vos commentaires