Rallye du Portugal: Ogier légèrement favori devant Neuville et Tänak

sport

Sébastien Ogier sera légèrement favori pour accroître son avance en tête du Championnat du monde WRC, devant ses rivaux Thierry Neuville et Ott Tänak, ce week-end au Rallye du Portugal, 6e des 13 manches, qu'il a déjà remporté à cinq reprises.

Le rendez-vous portugais est avec le Rallye Monte-Carlo celui sur lequel le pilote français de M-Sport Ford a conquis le plus de succès en WRC.

Alors qu'il attend toujours le verdict de son appel auprès de la FIA au sujet de sa disqualification de la Power Stage au Mexique, le Gapençais compte 10 points d'avance sur le Belge Neuville et 28 sur l'Estonien Tänak.

Mais pour prétendre à une nouvelle victoire, il devra résoudre les problèmes d'adhérence rencontrés en Argentine, où il n'a obtenu que la quatrième place.

"On a trouvé une meilleure solution au niveau des réglages du différentiel, ce qui apportera plus de traction", explique Malcolm Wilson, le patron d'Ogier, qui comptera aussi sur le Gallois Elfyn Evans, son équipier habituel, et le pigiste finlandais Teemu Suninen.

Autre souci récurrent, le fait d'ouvrir la route les deux premiers jours.

Ce ne sera pas trop préjudiciable jeudi après-midi quand le départ sera donné avec le château de Guimaraes pour décor puis sur le circuit de rallycross de Lousada, mais nettement plus lors des spéciales sabloneuses du vendredi au nord de Porto.

- Latvala en souffrance -

Neuville, qui le suivra de près, devrait être à peu près autant désavantagé. Hormis l'an passé ou il avait terminé 2e derrière Ogier, le Belge de Hyundai n'a jamais été très en réussite au Portugal.

"Ce rallye nous offre des défis uniques avec des niveaux d'adhérence variables suivant les spéciales", explique le vice-champion du monde 2013, 2016 et 2017.

Brillant vainqueur de son 3e rallye en WRC il y a trois semaines sur la terre argentine, Ott Tänak a encore de grosses ambitions avec sa Yaris. "Nous savons à quel point la voiture peut être performante", souligne l'Estonien de Toyota, qui va profiter du balayage effectué par ses rivaux.

"Tout s'est bien déroulé lors de nos essais de préparation qui visaient à trouver de nouvelles pistes de progrès", indique-t-il.

L'ancien équipier d'Ogier chez M-Sport a rapidement volé la vedette au Finlandais Jari-Matti Latvala au sein de sa nouvelle équipe.

Seulement huitième au classement, devancé par son autre équipier et compatriote Esapekka Lappi, Latvala tentera de s'appuyer sur ses souvenirs de vainqueur en 2015 pour relever la tête.

Le Norvégien Andreas Mikkelsen, 4e du classement à 46 unités d'Ogier, sera également en quête de rachat, après un début de saison décevant.

Outre Neuville et Mikkelsen, Hyundai alignera ensemble pour la seule fois en 2018 l'Espagnol Dani Sordo et le Néo-Zélandais Hayden Paddon, qui se partagent d'ordinaire cette saison la troisième i20.

- Saut de Fafe -

"Nous avons quatre voitures pour cet événement, ce qui rendra notre zone d'assistance très chargée, mais ce sera amusant de rouler aux côtés des autres équipages", a souligné Sordo, qui ne marquera pas de points au championnat des constructeurs, actuellement dominé par son équipe.

Dimanche, les voitures passeront deux fois sur la célèbre bosse de Fafe devant des milliers de spectateurs massés de part et d'autre.

"Bien sûr, le saut de Fafe est le point fort du week-end mais il y a beaucoup d'autres spéciales agréables à aborder", a indiqué le Cantabrien, qui a terminé à quatre reprises sur la troisième marche du podium au Portugal.

Pour sa part, Citroën engagera trois pilotes avec le retour du Norvégien Mads Ostberg aux côtés du Britannique Kris Meeke et de l'Irlandais Craig Breen.

"Après deux rallyes sur terre un peu particuliers, au Mexique puis en Argentine, le Portugal constituera le premier vrai test en termes de performance pure", prévient Meeke, qui s'était imposé sur les routes lusitaniennes en 2016.

"Je vais essayer de tirer le meilleur profit de ma sixième position sur la route le premier jour" pour "démontrer les progrès réalisés par notre C3 WRC sur cette surface", a expliqué le vétéran de 38 ans, qui a besoin de bons résultats pour sauver sa tête l'année prochaine.

Vos commentaires