Rallye Monte-Carlo: Ogier en quête d'un 8e sacre, pour finir en beauté

 
 

Le Français Sébastien Ogier part dès cette semaine à la défense de son titre et en quête d'un 8e sacre en Championnat du monde des rallyes (WRC), pour ce qui doit être, cette fois c'est promis, sa dernière saison.

Comme une sensation de déjà-vu. L'an dernier, Ogier avait annoncé qu'il mettrait un terme à son expérience en WRC. Mais voilà, une pandémie a éclaté, le monde s'est adapté, le rallye aussi: la saison 2020 est passée de 14 à 7 courses. Et si Ogier s'est imposé, à l'expérience, il ne voulait pas finir avec cet arrière-goût d'inachevé.

Alors à 37 ans, il sera bien là au rallye Monte-Carlo de jeudi à dimanche, sur les routes de sa région natale de Gap, pour une deuxième et dernière saison au volant de sa Toyota Yaris et toujours avec son copilote Julien Ingrassia.

"Tout le monde sait que le Monte-Carlo est le rallye que je veux le plus gagner", explique Ogier. "Mais cette année, ce sera différent: pour moi, il y a toujours eu un soutien massif, mais même s'ils ne seront pas présents sur le bord de la route (l'épreuve est à huis clos, NDLR), je suis presque sûr que mes supporters m'applaudiront devant la télévision et j'essaierai de les rendre heureux".

- Record de Loeb intouchable ? -

Pour son arrivée en 2020 chez le constructeur japonais après ses succès chez Volkswagen et M-Sport Ford, le Gapençais a gagné son 7e titre, se rapprochant du record de son compatriote Sébastien Loeb (9). Un cap qui n'est pas une obsession, assure l'intéressé, qui devrait s'arrêter avant de pouvoir égaler l'Alsacien.

Excepté Loeb (qui n'a pas rempilé pour quelques piges avec Hyundai), Ogier affrontera les mêmes adversaires. A commencer par son équipier gallois Elfyn Evans, vice-champion du monde, et les pilotes Hyundai, l'Estonien Ott Tänak et le Belge Thierry Neuville, qui vient de changer de copilote.

Toyota, dirigée désormais par le tout jeune pilote retraité de 35 ans Jari-Matti Latvala, a réservé sa 3e voiture au talent finlandais Kalle Rovanperä (20 ans), quand chez Hyundai, champion du monde des constructeurs, ce sont les expérimentés Dani Sordo et Craig Breen qui se succèderont dans la 3e i20.

L'écurie privée M-Sport, 3e engagée, est la seule à avoir rajeuni ses équipages. Le Britannique Gus Greensmith (24 ans) a été promu pilote N.1, alors que le Finlandais Teemu Suninen (26) et le Français Adrien Fourmaux (25) alterneront dans la 2e Ford Fiesta.

Côté français, on notera aussi que Pierre-Louis Loubet (23 ans) est inscrit pour sa première saison complète en WRC au volant d'une Hyundai privée.

- Croatie, Kenya et Japon -

Mais après être entré sans frapper en 2020, le grand invité de la saison sera encore le Covid-19. Car si douze rallyes sont prévus, tout n'est qu'incertitude.

Tänak, sacré en 2019 et 3e l'an passé, touche du bois: "j'espère une année plus longue et plus normale" car "il n'a pas été facile de se mettre dans le rythme du championnat l'année dernière, avec des événements souvent annulés et remplacés".

D'ailleurs, le règlement stipule désormais qu'au moins la moitié des épreuves prévues au calendrier initial doivent être organisées pour que les titres soient attribués.

Avec l'annulation du Rallye de Suède, prévu comme 2e manche en février, 2021 commençait mal et tous les yeux étaient rivés sur l'épreuve inaugurale. Au prix d'une organisation repensée, notamment pour respecter le couvre-feu à 18h00 en France, le "Monte" a tenu bon. Les pilotes rouleront tôt le matin et le public ne sera pas autorisé.

Le Rallye Arctique (26-28 février), lui, a remplacé la Suède : direction le nord de la Finlande pour la première fois en WRC avant, autres nouveautés, d'aller en Croatie (22-25 avril) et en Belgique (13-15 août).

Annulé l'an dernier, le Rallye du Kenya, Safari Rally historique, espère encore faire son retour en juin après avoir figuré au calendrier de 1973 à 2002, alors que le Chili (09-12 septembre) et le Japon, pour clore la saison (11-14 novembre), reviennent également.

Cette année verra aussi Pirelli remplacer Michelin comme fournisseur de pneumatiques. Avant, en 2022, la promesse d'une révolution avec l'arrivée des moteurs à technologie hybride pour la 50e édition du WRC.




 

Vos commentaires