En ce moment
 

Delfine Persoon: "un titre mondial serait une belle revanche de l'échec olympique"

Delfine Persoon:
 
 

(Belga) Les Jeux Olympiques de Tokyo auraient dû clôturer en apothéose la carrière de la boxeuse Delfine Persoon (36 ans, 44 victoires, 3 défaites), ex-championne du monde WBC des plumes (entre 55,338 et 57,152 kg)

Seulement voilà, la Belge a été éliminée par la Grecque Nikoleta Pita au premier tour du tournoi qualificatif olympique de Londres, le 14 mars 2020. Un véritable drame, dans la mesure où ce rendez-vous manqué avec un  podium olympique la hante encore aujourd'hui, et la hantera toute sa vie. "En 2012, le tournoi était interdit aux professionnelles de plus de 17 ans, en 2016 il n'était ouvert qu'aux garçons pros, et maintenant le Covid (allusion  à l'annulation du tournoi mondial de Paris où elle aurait pu saisir une deuxième chance de qualification)", énumère Persoon. "Sans compter la décision de la fédération de ne pas envoyer d'équipe féminine aux championnats d'Europe et du monde, où il aurait pourtant été possible de marquer des points..." "De plus quand je vois la liste des participantes à Tokyo, il est pratiquement sûr que j'aurais eu une médaille, et peut-être même la plus belle. C'est d'ailleurs ce que tout le monde pense dans le petit monde de la boxe. Mais pour la majorité des gens qui voient les choses  de l'extérieur, je resterai par contre une perdante. Sauf si je parviens d'une manière ou d'une autre à prendre ma revanche". Delfine Persoon n'a de toute façon pas d'autre choix que de tourner la page, et se fixer d'autres ambitions. "En effet", a-t-elle confirmé vendredi après-midi lors d'une conférence de presse à Herseaux, dont le sujet était la  réunion du samedi 3 juillet à partir de 19 heures à la salle "Klokkeputten" du Centre Sportif d'Eernegem. Une réunion dont Delfine Persoon est à la fois la tête d'affiche et... l'organisatrice. "Ce qui me donne un travail fou", déplore-t-elle. "Déjà rien qu'à cause des règles anti-covid, je vois des piles de documents s'entasser sur mon bureau . Enfin il y aura 300 personnes, toutes VIP, dans la salle !" Sportivement, Delfine Persoon, absente depuis son deuxième échec mondial face à l'Irlandaise Katie Taylor, le 22 août 2020 à Brentwood, en Angleterre, effectuera à cette occasion son grand retour dans la course au titre mondial. "J'ai consenti tellement de sacrifices et fourni tellement d'efforts pour recouvrer mon intégrité physique et ma condition, après mes blessures (un nez cassé, une pneumonie et surtout une hernie discale cervicale) ", explique-t-elle, "que l'annulation du tournoi mondial ne pouvait en aucun cas signifier la fin de ma carrière". "Je me suis donc fixé un dernier objectif, pour finir en beauté. A défaut de devenir championne olympique, je pense que décrocher un nouveau titre mondial serait une belle revanche. C'est dans cette optique et pas du tout pour l'argent, mais aussi pour d'autres boxeurs, que j'ai travaillé d'arrache-pied à la salle pour recouvrer ma condition, ainsi que dans mon bureau, pour mettre cette réunion sur pied. Je ne pourrai défier une championne du monde en titre que si l'une d'elles accepte de m'affronter. D'où cette demi-finale à Eernegem contre la Russe Elena Gradinar (30 ans, 10 victoires, 1 défaite). Si je gagne, je m'emparerai  en effet du titre Intercontinental IBO (International Boxing Organization)  des super-plumes (entre 57,152 et 58,967 kg) qui est vacant. Et je deviendrai automatiquement le challenger de la Britannique Terri Harper (24 ans, 11 victoires, 0 défaite, 1 nul), championne du monde WBC et IBO de la catégorie. Elle ne pourra donc pas me refuser le combat, mais seulement essayer éventuellement de gagner du temps, jusqu'à ce que j'abandonne la partie de guerre lasse. Pour le moment je pars du principe que si je bats Gradinar, j'aurai l'occasion de détrôner Harper l'année prochaine...", conclut Persoon. Une autre ceinture IBO sera par ailleurs en jeu le 3 juillet à la salle "Klokkeputten". Le Néerlandais de Rotterdam Stephen Denyo (32 ans, 18 victoires dont 7 par k.o, 4 défaites, 3 nuls) et l'Italien Christian Arvelo Segura (37 ans, 12 victoires dont 6  par k.o, 5 défaites), se disputeront en effet le titre Continental vacant des welters (entre 63,503 kg et 66,678 kg). Enfin Giovanni Techel (agent Filiep Tampere), 24 ans, invaincu en huit combats, tous victorieux, et Nabil Messaoudi (agent Yassine Maatala), 22 ans, également invaincu (4 combats, 4 victoires), se mesureront pour leur part avec le titre de champion de Belgique des super-welters (entre 66,678 et 69,853 kg) pour enjeu. (Belga)




 

Vos commentaires