En ce moment
 

Euro-2022 de hand : la France, facile face à l’Ukraine, se rapproche de la qualification

 
 

Impeccable devant les modestes Ukrainiens (36-23) samedi dans leur deuxième rencontre de l’Euro à Szeged, l'équipe de France de handball s'est ouvert en grand la porte vers le tour préliminaire.

Un succès contre la Serbie lundi permettra aux hommes de Guillaume Gille de réaliser un sans faute dans ce premier tour en Hongrie. Il sera surtout l'occasion d'engranger un maximum de points, comptabilisés pour la suite de la compétition que les Bleus n'avaient pas atteint en 2020.

Certes, après avoir dominé la Croatie dans la rencontre en principe la plus difficile de son groupe, les Français s’avançaient en immense favori face à une équipe ukrainienne peu expérimentée et qui ne les jamais battus en six rencontres disputées.

L'occasion pour Gille de faire tourner son effectif en laissant Nikola Karabatic au repos et en mettant en lumière la jeune génération, à l'image de Thibaud Briet.

- Le moment de Briet -

Lancé dans le grand bain après sa première sélection en amical contre l’Allemagne, le Nantais, entré rapidement pendant le premier acte, a démontré tout son potentiel du haut de ses 22 ans et 2m05 en inscrivant donc son premier but avec les Bleus peu après son apparition.

"L'objectif était de prendre du plaisir, de ne pas avoir de regret à la fin du match. Je ne pensais pas entrer aussi vite, je suis très content de ce que j'ai produit. Il y a eu un peu de stress avant, au moment de savoir que je jouais. Mais une fois sur le terrain, il n'y en a plus", a confié avec un grand sourire l'arrière gauche tricolore.

"Il a saisi sa chance de fort belle manière", s'est satisfait son sélectionneur.

Autre sourire, celui de Romain Lagarde. Peu en vue contre la Croatie, le Breton a été élu homme du match, avec ses quatre réalisations, dont le premier but tricolore de la partie.

Déjà malmenés par la Serbie en ouverture de leur Euro, les Ukrainiens ont tenté de garder la tête hors de l’eau, tantôt grâce aux arrêts de leur gardien Gennady Komok (10 arrêts), tantôt par les fulgurances de Dmytro Horiha (7 buts). Mais les Français sont repartis avec un matelas confortable de six buts à la pause (17-11).

- Pardin efficace -

Et comme si cela ne suffisait pas, Horiha a été exclu en début de seconde période (34e), laissant les Ukrainiens quelque peu impuissants. Les Bleus en ont alors profité pour prendre le large, jusqu'à mener de 15 buts. Dylan Nahi (6 buts) et Melvyn Richardson (4) ont donné un peu plus d'ampleur au succès.

Vincent Gérard (7 arrêts) a pu aussi déléguer à Wesley Pardin, auteur d'un deuxième acte de qualité (7/19) dans la cage.

Désormais, il faudra à l'équipe de France encore plus de sérieux pour s'offrir un 3/3 devant la Serbie lundi. Un match loin d'être à prendre à la légère.

"On a besoin de points", a rappelé Guillaume Gille, "ce groupe est tout de même jeune et a besoin de prendre en épaisseur et tout ça s'accumule avec les expériences. Cette petite finale sera intéressante pour ça". Et pour prendre également une revanche. La Serbie avait battu les Bleus en janvier 2021 en qualifications pour l'Euro (24-27).


 

Vos commentaires