En ce moment
 

Jacques Borlée dévoile une stratégie pour déstabiliser les coureurs noirs et crée un tollé dans le monde de l'athlétisme (vidéo)

Il a créé une stratégie pour déstabiliser les sprinteurs noirs: Jacques Borlée fait un tollé dans le monde de l'athlétisme (vidéo)
 
 

Jacques Borlée est au coeur d'une fameuse polémique. Le coach des frères Borlée a en effet expliqué que les sprinters noirs n'appréciaient pas d'être battus par des athlètes blancs, au point d'en faire une stratégie propre. Ce qui n'a pas manqué de faire réagir.

Jacques Borlée est une figure de l'athlétisme belge. Avec lui, la famille Borlée a glané de très nombreuses médailles internationales, y compris olympiques, et replacé la Belgique sur la carte mondiale du sprint. Invité hier soir sur le plateau de LN24, l'entraîneur a cependant fait naître une vive polémique.

En effet, il a passé quelques minutes à revenir sur un phénomène connu dans le sport: le syndrome Jesse Owens. Une théorie qui était née en 1936, lorsque l'athlète noir américain avait vaincu les meilleurs coureurs nazis aux Jeux Olympiques. Et pour Jacques Borlée, ce syndrome s'est aujourd'hui inversé. "En finale du 100m, vous trouvez huit noirs. Sur 400m, quand il y avait mes fils, il y avait deux ou trois blancs. Et la plupart du temps, c’est tout le temps les noirs qui sont dominants en sprint. Et donc nous avons le syndrome Jesse Owens. Ils ont quelque chose de dominant par rapport à nous. Et c’est indéniable. Par contre, quand un blanc parvient à montrer qu’il est meilleur qu’eux, ils perdent pied", a-t-il déclaré.

Jacques Borlée évoque alors comme preuve une course aux World Relays en 2015, lorsque la Belgique avait obtenu la médaille de bronze. Le tout en misant sa stratégie sur cette déstabilisation des sprinteurs de couleur. "Julien Watrin parvient à les dépasser et vous voyez que derrière ce dépassement, il y a un capharnaüm où les quatre ne savent plus comment passer le témoin. En général, le noir n’a pas l’habitude d’être dépassé par le blanc", poursuit alors l'entraîneur belge. Depuis lors, sur les réseaux sociaux, de nombreux messages d'indignation sont apparus. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.


 




 

Vos commentaires