En ce moment
 

Les Red Lions défendront leur titre mondial en Inde: la Belgique n'accueillera pas la Coupe du Monde en 2023

Les Red Lions défendront leur titre mondial en Inde: la Belgique n'accueillera pas la Coupe du Monde en 2023

La Belgique n'organisera pas la prochaine Coupe du monde de hockey sur gazon messieurs. La Fédération internationale de hockey (FIH) a annoncé vendredi que l'Inde assurera l'organisation du 15e Mondial masculin en janvier 2023, tandis que l'Espagne et les Pays-Bas accueilleront la compétition féminine dans une organisation conjointe en juillet 2022. Marc Coudron, le président de l'Association Royale Belge de Hockey (ARBH), a réagi "déçu" à cette annonce, regrettant qu'un pays puisse être hôte de l'événement deux fois de suite et à trois reprises sur quatre éditions.

"Je ne peux cacher ma déception. J'avais un doux espoir que le principe d'alternance des continents joue en notre faveur", a regretté le président de la fédération belge, qui avec la Malaisie constituaient les deux autres candidats à l'organisation du prochain Mondial durant l'été 2022. "Il n'est pas familier de voir un championnat du monde organisé deux fois de suite au même endroit. Cela ne se voit dans aucun autre sport. Ce sera de plus la troisième fois en quatre éditions que l'Inde accueille le Mondial messieurs et ce sans tenir compte que la prochaine Coupe du monde des moins de 21 ans aura également lieu en Inde. Je suppose que l'aspect financier a joué un grand rôle, néanmoins notre offre était également intéressante", a expliqué l'homme fort du hockey belge. "Le fait que le Mondial féminin soit organisé durant l'été 2022 n'a pas joué en notre défaveur. Nous avions clairement posé la question à la FIH, qui nous avait répondu que cela ne posait pas problème. Les deux Mondiaux auraient très bien pu se succéder entre fin juin et le mois de juillet de cette année."

Dans un communiqué, Thierry Weil, le CEO de la FIH a expliqué que la fédération avait reçu "d'excellentes candidatures, rendant les choix difficiles". "La mission première de la FIH est de faire grandir son sport à l'échelle mondiale, ce qui exige naturellement d'effectuer de grands investissements. Les revenus potentiels de chaque candidature ont joué un rôle important dans notre décision", a encore clairement ajouté le patron de l'instance internationale.

Chez les dames, pour la première fois dans l'histoire de la compétition, ce sont deux pays européens qui s'occuperont conjointement de l'organisation (du 1er au 17 juillet 2022). L'Espagne et les Pays-Bas accueilleront chacun une phase de poules, deux matchs de barrage et deux quarts de finale, tandis les demi-finales, la petite finale et la finale auront lieu en Espagne. "Cela doit aussi être décevant pour la Nouvelle-Zélande, qui passe à nouveau à côté d'une candidature", a ponctué Coudron, regrettant là également le manque d'universalité de son sport.

Vos commentaires