En ce moment
 

Natation en petit bassin: Maxime Grousset prend place sur le sprint

Natation en petit bassin: Maxime Grousset prend place sur le sprint
Maxime Grousset lors des Mondiaux de Gwangju, le 26 juillet 2019Ed JONES

Avec une temps de 46 sec 10 sur le 100 m, soit près d'une seconde devant son premier poursuivant, Maxime Grousset a éclaboussé la finale de la distance reine pour s'adjuger le titre de champion de France en petit bassin, dimanche lors de la dernière journée à Angers.

Même en l'absence des cadors tricolores du sprint français --Florent Manaudou, Mehdy Metella ou Clément Mignon--, le nageur d'Amiens a tout de même impressionné avec un chrono supérieur de 44 centièmes à celui établi la semaine dernière aux championnats d'Europe à Glasgow où il n'avait terminé que quatrième.

"Je voulais égaler, confirmer, mais c'est encore mieux que tout ce que j'espérais", a déclaré tout sourire Maxime Grousset après sa performance qui lui promet de beaux lendemains et des ambitions légitimes en grand bassin pour les JO de Tokyo.

A tout juste 20 ans, il a gagné plus d'une seconde en une seule année sur la distance. "L'entraînement et l'acharnement ça paie, je me déchire tous les jours", a-t-il expliqué.

Son aîné de 11 ans Jérémy Stravius, arrivé deuxième, n'a pas pu résister à la puissance du nageur d'Amiens et termine à 92 centièmes derrière lui.

Il est vrai que Stravius, 31 ans, venait tout juste de remporter le 50 m dos avec ses coulées infinies dont se sont délectés les spectateurs d'Angers, dans un chrono de 23 sec 05 qui lui aurait offert une médaille d'argent à Glasgow.

"C'est un temps correct qui confirme ma bonne forme cette semaine", a commenté Stravius qui a nagé sa dernière course en championnat de France petit bassin pour sa 16e et dernière participation.

C'est son troisième titre ce week-end après le 100 m papillon et le 200 m brasse.

David Aubry, qui chassait son propre record de France sur 1.500 m a manqué de fraîcheur sur la fin de course mais remporte néanmoins lui aussi son troisième titre, après le 400 m et le 800 m.

Après le 100 m samedi, Theo Bussière s'est offert le 50 m dimanche devant Antoine Viquerat qui avait lui triomphé vendredi sur le 200 m brasse.

Avec un chrono sous les quatre minutes (3:59.80), la tête de pont de la natation féminine française, Charlotte Bonnet, a remporté le 400 m dames, après avoir triomphé sur le 200 m et pris la deuxième place sur le 100 m, distance où elle a été sacrée championne d'Europe à Glasgow.

"Faire des temps pas loin de mes meilleurs, ma façon de nager et d'aborder les courses pendant le week-end tout cela m'a rassuré", a déclaré Charlotte Bonnet qui sort d'une année difficile où elle a longuement traîné une blessure.

Lara Grangeon, stakhanoviste de la natation qui a enchaîné les courses sur quatre jours, a fini son marathon avec un nouveau titre sur 200 m dos qu'elle décroche après ceux sur le 200 m papillon, le 800 m nage libre et le 400 m 4 nages.

La relève française s'est également manifestée à Angers avec notamment Naële Portecop qui, à 16 ans, a remporté son premier titre de championne de France sur le 100 m papillon.

 

Vos commentaires