Ski: Feuz de nouveau prophète en son pays, Muzaton 7e

Ski: Feuz de nouveau prophète en son pays, Muzaton 7e
Le Suisse Beat Feuz sur la 1re marche du podium de la descente de Wengen en Suisse, le 13 janvier 2018Philippe DESMAZES
 

Le Suisse Beat Feuz, champion du monde en titre de la spécialité, a remporté samedi à domicile la descente de Wengen, comptant pour la Coupe du monde de ski alpin.

Seul le Norvégien Aksel Lund Svindal qui a terminé 2e à 18/100e l'a longtemps menacé, encore en tête au dernier temps intermédiaire. Mais à la grande satisfaction d'une foule record de 35.000 spectateurs, privée de descente l'an passé en raison des fortes chutes de neige, Svindal, l'un des meilleurs descendeurs de la décennie écoulée, a perdu du temps dans les derniers hectomètres.

Le champion olympique autrichien Matthias Mayer a complété le podium à 67/100e.

"C'est fantastique de remporter une 2e victoire ici à Wengen", a réagi Feuz. "Toute cette foule qui nous pousse, c'est incroyable".

Premier tricolore, Maxence Muzaton, 27 ans, a signé le meilleur résultat de sa carrière en descente, avec le 7e temps à 1 sec 18/100e du vainqueur.

Le meilleur résultat de Muzaton à ce jour en Coupe du monde est une 2e place l'an passé dans le combiné de Wengen.

"C'est juste parfait, a réagi le skieur de La Plagne. C'est le gros résultat qui me manquait pour passer cette barrière mentale. J'ai fait une course pleine, sans erreur".

Adrien Théaux, meilleur descendeur tricolore depuis le début de saison et qui avait été le plus rapide du second entraînement mercredi mais qui s'est plaint de douleurs au dos, a pris la 11e place, à 1 sec 84/100e de Feuz.

Nicolas Raffort a terminé 25e. Johan Clarey qui détient toujours le record de vitesse en Coupe du monde (161,9 km/h réalisé à Wengen en 2013) a concédé 2 sec 68/100e à la 29e place. Brice Roger a fini à la 33e place et Guillermo Fayed à la 36e. Blaise Giezendanner a chuté, sans gravité selon l'encadrement français.

- Sous les yeux du président -

Sous un ciel bleu immaculé et sous les yeux du président de la Confédération helvétique, Alain Berset, Feuz qui ouvrait la piste avec le dossard 1 a dévalé le Lauberhorn, la plus longue descente du circuit (4,422 km)en 2 min 26 sec 50/100e, ne laissant aucune chance à ses adversaires.

Feuz, 2e en 2015, avait déjà remporté la descente de Wengen en 2012 et signe sa 9e victoire en Coupe du monde.

Il était devenu champion du monde de descente l'an passé, déjà en Suisse, à St-Moritz. Feuz avait aussi remporté en 2016 la descente et le Super-G dans la station des Grisons.

Le Suisse a remporté fin novembre la première descente de la saison, à Lake Louise (Canada), devant Mayer et Svindal, moins de deux semaines après la mort à l'entraînement du Français David Poisson.

Le skieur de 30 ans aborde ainsi avec beaucoup de confiance la prochaine descente de Kitzbühel, dans une semaine, qu'il apprécie mais où il ne s'est encore jamais imposé et ce à trois semaines des jeux Olympiques de Pyeongchang (9-25 février).

Les autres favoris n'ont pas réussi à dompter l'une des pistes les plus exigeantes et éreintantes du circuit. L'Autrichien Hannes Reichelt, meilleur temps du premier entraînement, a pris la 4e place, à 10/100e du podium.

Reichelt, âgé de 37 ans, est un grand spécialiste de la descente de Wengen, ayant remporté l'épreuve en 2015, et toujours sur le podium depuis 2012. En raison du mauvais temps, la course avait été annulée en 2017.

Vainqueur fin décembre de la descente de Bormio, l'Italien Dominik Paris a terminé à la 8e place (+1 sec 22/100e).

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos