En ce moment
 

Top 14: Toulouse et La Rochelle jouent gros

 
 

Finalistes la saison passée, Toulouse et La Rochelle jouent gros lors de la 25e et avant-dernière journée du Top 14, ce week-end, qui va permettre d'y voir plus clair dans la lutte pour la phase finale.

De Montpellier (1er, 69 pts) à Toulon (8e, 59 pts), ils sont huit à lutter pour une place dans les six, à commencer par le tenant du titre toulousain (6e, 62 pts) et le double finaliste européen rochelais (7e, 62 pts). Les Rouge et Noir se déplacent à Brive et les Maritimes reçoivent le Stade Français, avec une marge de manoeuvre quasi-nulle.

L'entraîneur toulousain Ugo Mola, avant de chuter contre le Leinster (40-17) la semaine dernière dans le dernier carré de la Coupe d'Europe, avait parlé de "choc thermique" pour anticiper le retour aux affaires courantes en championnat.

Il faisait référence à la différence d'intensité dans le jeu entre les deux compétitions mais aussi au changement de décor qui attend son équipe samedi à Brive.

Après une tournée de popstars -- "Il n'y a qu'Ed Sheeran en ce moment qui fait plus de monde que nous", dixit Mola -- entre le Stadium de Toulouse, le Vélodrome de Marseille et l'Aviva Stadium de Dublin, par deux fois, le cadre champêtre du stade Amédée-Domenech pourrait être une appréciable invitation à la flânerie.

La situation comptable du champion de France en titre, 6e avec 62 points et sous la menace directe de La Rochelle et de Toulon, ne lui permettra pourtant pas le moindre relâchement en Corrèze.

"On mettra la meilleure équipe possible", a prévenu l'entraîneur des avants Virgile Lacombe. "On ne fera pas tourner car on ne peut pas se permettre de faire tourner".

- "Plus le droit à l'erreur" -

Eliminé de la Coupe d'Europe, Toulouse pourra donner un dernier coup de collier avant de souffler un peu la semaine prochaine.

Un luxe que n'auront ni le Stade rochelais, qualifié pour sa deuxième finale continentale consécutive, contre le Leinster, ni Toulon et Lyon (5e, 63 pts), qui se disputeront eux le Challenge européen.

Actuellement à la porte du top 6, les Maritimes, déjà privés de leur demi de mêlée néo-zélandais Tawera Kerr-Barlow et de leur puissant deuxième ligne australien Will Skelton, pourraient jouer avec le frein à main contre le Stade français (11e, 50 points), qui n'a plus rien à espérer cette saison.

Toulon affronte une équipe de Pau dans la même situation (10e, 50 pts) mais un déplacement autrement plus périlleux attend les Lyonnais chez le deuxième du classement, Bordeaux-Bègles (67 pts).

"La fin de saison est palpitante !", assure à l'AFP le demi de mêlée international du LOU Baptiste Couilloud. "Depuis un moment, les semaines ont une saveur de phases finales. Nous savons que nous n'avons plus le droit à l'erreur. Ce sont les meilleures semaines à vivre. On en profite."

- Castres avance masqué -

"Le Top 14, c'est l'école de l'humilité. A la seconde où tu penses que t'es meilleur que les autres ou que tu en fais un peu moins que les autres, t'as perdu. Peu importe l'adversaire, le classement, c'est la réalité de ce championnat, j'espère qu'on l'a bien en tête", a assuré le capitaine de l'UBB Mahamadou Diaby.

"Les deux dernières journées, pour les amateurs de rugby, c'est pop-corn: on s'assoit on regarde ou alors on vient au stade et ça va être dingue", a-t-il poursuivi.

Le leader, Montpellier, battu lors de ses quatre dernières sorties toutes compétitions confondues, a pu couper pendant que son adversaire du week-end, le Racing 92, perdait un match âpre en demi-finale de Coupe d'Europe contre La Rochelle (20-13).

"Il faut faire en sorte de digérer vite parce qu'il nous reste deux matches pour pouvoir disputer un titre et rejouer la Champions Cup", a prévenu le directeur du rugby francilien Laurent Travers.

"C'est une bête blessée mais ils sont leaders du championnat: ils ont tout misé sur le Top 14. On sait que ce sera très difficile mais c'est ce genre de match qui nous permettra d'évacuer cette déception et cette frustration", a ajouté le dirigeant du Racing, qui n'a perdu qu'un seul de ses six derniers matches face aux Héraultais.

Détaché depuis longtemps déjà de toutes obligations européennes, Castres, malgré sa troisième place (67 pts), avance dans l'ombre. Ce qui n'est pas pour lui déplaire.

Avec un calendrier plutôt favorable sur le papier -- réception de Perpignan au stade Pierre-Fabre, où ils n'ont plus perdu depuis décembre 2020, et déplacement à Pau --, les Tarnais ne vont sans doute plus pouvoir se cacher bien longtemps.


 

Vos commentaires