Vendée Globe: Thomas Ruyant confirme, Thomson résiste

Vendée Globe: Thomas Ruyant confirme, Thomson résiste
Le monocoque du Français Thomas Ruyant (LinkedOut), le 9 septembre 2020 au large de LorientJEAN-FRANCOIS MONIER
 
 

En tête du Vendée Globe depuis la nuit dernière, Thomas Ruyant (LinkedOut) a confirmé sa première position samedi au pointage de 17h00 GMT, en tenant à distance le Gallois Alex Thomson et Charlie Dalin.

Le Dunkerquois mène la flotte au large du Brésil avec 32,4 milles nautiques d'avance sur Thomson (Hugo Boss), Charlie Dalin (Apivia) concédant un peu de terrain à 67,8 milles.

Les trois marins qui filent vers la pointe sud de l'Afrique naviguent sur des voiliers "volants" dernière génération (les "foilers"), intrinsèquement plus rapides que les monocoques traditionnels.

Le premier de ces voiliers d'ancienne génération, Yes We Cam, barré par Jean Le Cam et qui a longtemps fait jeu égal, pointe désormais à plus de 300 milles, en 4e position.

La lutte fait rage entre Ruyant, Thomson et Dalin qui se tiennent en moins de 70 milles nautiques (environ 130 km).

Longeant plein sud les côtes du Brésil, le trio a pris désormais une route sud-est pour se diriger vers le cap de Bonne Espérance, à la pointe sud de l'Afrique.

"Ca se tire la bourre ! C'est très stimulant. Il y a une grosse pression entre nous. Les bateaux sont très proches en vitesse et on évolue dans les mêmes systèmes météo", a déclaré le nouveau leader sur son site internet.

"Je ne voulais surtout pas être à la traîne dans cette partie du parcours, car il s'y joue des coups d'élastiques dont on ne revient pas", a-t-il ajouté.

Les "foilers" sont des bateaux très rapides, mais éprouvants.

"On commence à s'habituer aux hautes vitesses du bateau et on s'endort avec plus de sérénité", note cependant Ruyant, qui s'est approché du record de l'édition en cours, en parcourant 511,4 milles (environ 947 km) sur 24 heures, à 21,2 noeuds de moyenne. Seul Thomson a fait mieux jusque là avec 536,81 milles en 24 heures.

Le Dunkerquois et ses deux poursuivants vont devoir négocier la sortie d'un front qui génère de petites dépressions avec un couloir de vents favorables étroit, pour foncer vers la pointe sud de l'Afrique.

Le trio qui emmène la flotte depuis sa sortie du Pot-au-Noir au sud de l'équateur, a creusé l'écart sur le quatrième Jean Le Cam, à la barre d'un voilier ancienne génération (Yes We Cam !): le doyen de la flotte est désormais à plus de 300 milles du leader.

La moitié de la flotte (16 bateaux sur 32, Troussel ayant abandonné) était passée à la mi-journée dans l'hémisphère sud.




 

Vos commentaires