Accueil Sport Tous les Sports Cyclisme

Dix-sept secteurs pavés, mais toujours pas de Trouée d'Arenberg pour les dames

La troisième édition de Paris-Roubaix dames sera organisée samedi entre Denain et le vélodrome de Roubaix, sur la distance de 145,4 kilomètres, soit 20 kilomètres de plus qu'en 2020, via 29,9 kilomètres de pavés répartis en 17 secteurs, dont ceux de Mons-en-Pévèle et du Carrefour de l'Arbre. Les dames entreront dans l'Enfer du Nord au km 63 avec le secteur de Hornaing à Wandignies. Les secteurs pavés 17 à 1 sont communs à ceux de la course des hommes.

La Trouée d'Arenberg n'est toujours pas au programme. "Nous avons allongé la course des dames de 20 kilomètres, l'idée étant de nous rapprocher des standards des classiques pavées, comme les flandriennes", a indiqué Franck Perque d'ASO, l'organisateur. "La règle de l'UCI est de se limiter à 160 kilomètres. Après le départ, nous emprunterons des routes au sud de Denain qui peuvent être exposées au vent, ce qui peut permettre de lancer des échappées et d'arriver sur les pavés avec plus de kilomètres dans les jambes. Voilà qui pourraient donner plus de fatigue dans la fin de la course. Le nombre de secteurs pavés est inchangé, c'est déjà assez copieux." La Trouée d'Arenberg n'est pas au programme, un secteur situé trop tôt dans la configuration du parcours actuelle. "Deux gros blocs vont s'affronter dans la course féminine, les SD Worx de Lotte Kopecky et les Trek-Segafredo d'Elisa Longo-Borghini (tenante du titre) et de Lucinda Brand", ont avancé les organisateurs.

Le départ de la course féminine sera donné à Denain à 13h35. L'arrivée est prévue au vélodrome de Roubaix vers 17h23.

À lire aussi

Sélectionné pour vous