Accueil Sport Tous les Sports Cyclisme

Un duel baroudeurs-sprinteurs attendu vendredi avant la haute montagne

La 13e étape du Tour de France, vendredi, offrira aux sprinteurs et aux baroudeurs une occasion de briller avant un week-end de haute montagne. L'étape partira d'Agen, dans le Lot-et-Garonne, et arrivera à Pau, en Pyrénées-Atlantiques.

Seules deux difficultés sont répertoriées, dans le final: la Côte de Blachon (1,5 km à 6,9%), à 38 km de l'arrivée, et la Côte de Simacourbe (1,8 km à 6,4%) à 29 bornes de la ligne. "C'est une étape qui, sur papier, parait facile, mais sur le terrain, ce sera un petit peu plus compliqué que cela", a souligné Thierry Gouvenou, l'architecte du parcours, sur le site du Tour. "On aura bien sûr un départ très plat. Mais lorsqu'on va arriver dans le Madiran, on aura une succession de côtes et on peut peut-être s'attendre à quelques attaques ou alors voir des sprinteurs en difficulté. Il pourrait y avoir un match entre des baroudeurs et des équipes de sprinteurs."

Selon Gouvenou, les baroudeurs pourraient "profiter des dernières rampes pour mettre en difficulté les équipes de sprinteurs".

Pau est l'une des villes les plus visitées par le Tour de France. Ce sera en effet la 75e fois, en 111 éditions, que la ville des Pyrénées-Atlantiques accueillera au moins le départ ou l'arrivée d'une étape. Cette année, Pau aura d'ailleurs droit à une arrivée et à un départ. Seules Bordeaux (présente sur 80 éditions) et Paris (sur 110) ont été plus visitées par la Grande Boucle. La dernière arrivée à Pau date de 2019, avec un contre-la-montre remporté par le Français Julian Alaphilippe. L'année précédente, son compatriote Arnaud Démare s'était imposé au sprint.

À lire aussi

Sélectionné pour vous