Coronavirus: la FIA entérine la reprise de la F1 en juillet

Coronavirus: la FIA entérine la reprise de la F1 en juillet
Le circuit Red Bull Ring de Spielberg, déserté par les voitures le 17 avril 2020, va recevoir le premier Grand Prix post-coronavirus en juillet ERWIN SCHERIAU
 
F1
 

Le Conseil mondial de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) a validé vendredi le calendrier de reprise de la Formule 1 post crise du coronavirus, avec pour commencer huit courses en Europe entre juillet et septembre.

La saison 2020, qui aurait dû débuter mi-mars en Australie, s'ouvrira le 5 juillet sur le Red Bull Ring de Spielberg, en Autriche, à huis clos, avec des effectifs réduits dans le paddock et suivant un protocole sanitaire strict, un "code de conduite" également adopté vendredi et qui sera étendu aux autres catégories du sport auto.

Un second GP est prévu à Spielberg le 12 juillet, avant la Hongrie (sur le Hungaroring de Budapest) le 19 juillet, la Grande-Bretagne (à Silverstone) les 2 et 9 août, l'Espagne (sur le circuit de Barcelone-Catalogne à Montmelo) le 16 août, la Belgique (à Spa-Francorchamps) le 30 août et l'Italie (à Monza) le 6 septembre.

La suite, pas encore annoncée, doit en principe emmener écuries et pilotes en Asie et aux Amériques, avant de terminer au Moyen-Orient mi-décembre.

Les mesures destinées à lutter contre la propagation du Covid-19 prévoient dans un premier temps l'absence de spectateurs et la réduction du nombre de personnes présentes sur les circuits (écuries, officiels, sécurité, médias).

Celles-ci seront réparties en groupes étanches les uns des autres, régulièrement testées, et trace sera gardée de leurs contacts proches, grâce à une application ou sous forme déclarative.

En cas de cas positif, les personnes concernées seront isolées et remplacées.

Pour permettre le respect des mesures de distanciation sociale et physique, la FIA autorise également les commissaires de course à "opérer à distance dans des circonstances exceptionnelles", limite le nombre de personnes autorisées sur les grilles de départ, revoit son protocole sur les podiums ou encore réduit les périodes lors des week-ends de Grands Prix pendant lesquelles les équipes ne sont pas autorisées à travailler sur les voitures, cette activité prenant désormais plus de temps pour être réalisée en toute sécurité.

 




 

Vos commentaires