Valentino Rossi et Michael Schumacher ont failli être... coéquipiers chez Ferrari

Valentino Rossi et Michael Schumacher ont failli être... coéquipiers chez Ferrari

La Formule 1 est passée tout près d’un duo de prestige. Ferrari a envisagé de recruter Valentino Rossi  après de multiples essais convaincants, réalisés entre 2004 et 2010. En charge de ces essais à l’époque, Luigi Mazzola, ancien ingénieur de la Scuderia, témoigne de la stupeur de Michael Schumacher devant le rythme affiché par la légende du Moto GP.

"Lors de son premier roulage, Valentino a pris la piste et a fait au moins une dizaine de tête-à-queue, mais au dernier test, il faisait des temps incroyables. Je me souviens que Michael Schumacher, qui était avec moi à la télémétrie, avait un regard étonné, presque incrédule", explique l’ingénieur sur sa page Facebook.

Luigi Mazzola a également été impressionné par la sérénité du Doctor, qui n’hésitait pas à rejoindre le circuit en tongs avant de réaliser des prouesses au volant d’un monstre de compétition, dans une discipline qu’il ne connaissait pas. "Au même titre que Prost, Schumacher et d'autres grands pilotes, il devenait un professionnel capable d'entraîner toute l'équipe et de fournir une quantité incroyable d'indications avec une précision étonnante pour un débutant en monoplace".

Au total, Rossi aura pris la piste une petite dizaine de fois au volant d’une F1. Ses performances étaient telles que l’engagement du pilote italien devenait une véritable option. Finalement, c’est Rossi lui-même qui a pris la décision de ne pas signer. "Nous avons pu voir le potentiel que je pouvais avoir. Mais honnêtement, je n’avais pas envie de quitter le Moto GP, je savais que j’avais encore de belles années devant moi. C’était un pari risqué", avait-il déclaré à l'époque, selon Mazzola.

Si le choix est compréhensible, il n’en reste pas moins que l’arrivée d’un monument de ce genre en Formule 1 aurait été grandiose. Qui sait, peut-être sera-t-il aligné dans les prochaines années ?

 

 

Vos commentaires