"C'est quoi sa potion magique?": agacé, un joueur français perd le 2e match le plus long de l’histoire de Roland-Garros

©Belga
 
 

Deux jours et 6h05 de combat: le Français Corentin Moutet s'est incliné 0-6, 7-6 (9/7), 7-6 (7/3), 2-6, 18-16 face à l'Italien Lorenzo Giustino, 157e mondial et issu des qualifications, lundi lors du premier tour de Roland Garros, à l'issue d'un match homérique.

Il s'agit du deuxième match le plus long de toute l'histoire du tournoi parisien dans l'ère Open, après celui ayant opposé Fabrice Santoro et Arnaud Clément en 2004 et qui avait duré 6h33 !

Le Napolitain de 29 ans n'avait jamais remporté le moindre match sur le circuit principal, et encore moins en Grand Chelem. Il disputait là sa première rencontre en 5 sets.

Cette victoire, "ça veut dire beaucoup pour moi, je me suis amélioré ces deux dernières années. Je crois en moi, je crois que je peux faire mieux que ce que je faisais avant", a estimé Giustino lundi soir en conférence de presse.

Il a ensuite plaisanté sur le fait que ce n'est que dimanche soir, en voyant le match entre Jurij Rodionov et Jérémy Chardy, terminé à 10-8 dans le 5e set, qu'il a réalisé qu'il n'y avait pas de tie-break dans la dernière manche à Roland-Garros. "J'ai vu mon coach, je lui ai dit: +Tu sais que je veux aller jusqu'à 12-10 dans le cinquième+. Et regardez ce qui s'est passé! C'est vraiment drôle".

"C'est quoi sa potion magique? "

Le match entre les deux hommes avait été interrompu dimanche soir en raison de la pluie et n'a repris que lundi en milieu d'après-midi.

Moutet avait pourtant aisément remporté le premier set, mais Giustino a réussi à recoller pour aboutir à ce 5e set épique qui a lui seul aura duré plus de 3h.

Il s'est finalement imposé à sa troisième balle de match face au Français qui aura pourtant servi à trois reprises pour le gain de la partie.

"Non mais le mec, c'est quoi sa potion magique, sans déconner !", s'est exclamé Moutet lors du dernier set, visiblement agacé de voir l'Italien toujours revenir au score.

"La match a été très long (...) Je me sens vidé (...) Physiquement déjà, c'est sûr que cette nuit je vais le sentir (...) Et dans la tête, c'est sûr que cela fait plus de mal, parce que j'ai passé beaucoup de temps sur le terrain", a déclaré le Français en conférence de presse d'après-match.

Mais "s'il avait fallu jouer encore une heure pour gagner, j'aurais volontiers joué encore une heure", a-t-il ajouté.

Giustino, quant à lui, s'est en souriant déclaré "en pleine forme" à l'issue du match. "Demain, je vais aller faire un petit jogging, parce que je suis en trop bonne forme !", a plaisanté l'Italien.

Au prochain tour, l'Italien sera opposé à l'Argentin Diego Schwartzman, 14e mondial et récent tombeur de Rafael Nadal en quart de finale à Rome.




 

Vos commentaires