En ce moment
 

Coupe Davis: la paire Mahut-Herbert, arme fatale de la France ?

Coupe Davis: la paire Mahut-Herbert, arme fatale de la France ?
Les Français Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, après leur succès en finale du Masters de double, le 17 novembre 2019 à LondresDaniel LEAL-OLIVAS

Vainqueurs coup sur coup du Masters 1000 de Paris et des Masters de Londres dimanche, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert sont prêts à peser de tout leur poids pour pousser la France dans la Coupe Davis nouvelle formule cette semaine à Madrid.

"Au niveau de la confiance, on n'est pas trop mal ! En ce qui concerne la fatigue, on va être forcément éprouvés parce qu'on a donné aux Masters", a confié Herbert lundi à la veille de l'entrée en lice des Bleus contre le Japon.

"C'est toujours plus facile d'arriver avec la victoire. On a une journée pour récupérer et se mettre dans le bain: on va aller taper des balles pour prendre les repères et axer sur la récup'", a confirmé Mahut.

Après une brouille et une séparation, les deux hommes se sont retrouvés à l'issue d'un US Open catastrophique en août (élimination au 1er tour). Et ils ont rapidement retrouvé le chemin de la victoire.

"Les sensations sont parfois même meilleures que ce qu'on a pu connaître", avant cette friction, a commenté Mahut.

"C'était une année difficile (...) On a eu des staffs très intelligents autour de nous qui ont fait qu'on a pu se reparler, passer du temps ensemble et finalement on sentait que l'histoire n'était pas terminée", a-t-il ajouté.

- Palmarès époustouflant -

Leur capitaine de Coupe Davis Sébastien Grosjean en était persuadé depuis un bon moment et les a sélectionnés "avant qu'ils rejouent très bien" car "lorsqu'ils sont à leur meilleur niveau, ils sont la meilleure équipe. C'est un plus d'avoir Pierre-Hugues et Nico en grande forme."

Leur palmarès en double est en effet époustouflant: ils ont remporté les quatre tournois du Grand Chelem, 7 des 9 Masters 1000 et il ne leur manque que les Masters 1000 de Madrid et Shanghai ainsi que les Jeux olympiques et donc la Coupe Davis.

Mahut estime que l'expérience, notamment sur la gestion de la pression, emmagasinée avec son coéquipier lors de tous ces grands tournois doit leur permettre de gérer l'événement, y compris et surtout s'ils doivent jouer le double décisif.

"J'espère qu'on va apporter cette confiance (à l'équipe), mais le point du double n'est pas acquis et j'espère qu'on va jouer tous les doubles à 2-0", a-t-il lancé. Cette année, les matchs se jouent en effet en trois rencontres (2 simples puis un double) en deux sets gagnants au lieu des cinq rencontres (2 simples, 1 double, 2 simples) en trois sets gagnants.

Et même s'ils abordent la Coupe Davis nouvelle formule avec un gros a priori négatif, ils sont prêts à jeter leurs dernières forces pour faire triompher les Bleus.

- "La France au-dessus" -

"J'ai toujours mis l'équipe de France au-dessus de tout", a martelé Mahut pour qui le Saladier d'Argent est devenu le trophée récompensant le vainqueur non plus de la Coupe Davis mais d'une Coupe du monde.

"Mais finalement peu importe, on est là pour représenter l'équipe de France et c'est pour moi le plus important", a-t-il ajouté, se disant quand même "très nostalgique de l'ancien format".

"J'aimerais ressentir les mêmes frissons quand j'entre sur le terrain, quand j'entends la Marseillaise que lorsqu'on jouait la Coupe Davis. Pour l'instant, il y a beaucoup d'envie, mais il y a une incertitude c'est certain puisque c'est nouveau. Réponse dans 24 heures", a ajouté le Français de 37 ans en référence aux débuts des Bleus mardi face au Japon privé de Kei Nishikori. Les hommes de Grosjean affronteront ensuite jeudi la Serbie emmenée par Novak Djokovic.

"C'est très dur pour moi de me dire qu'on va jouer la Coupe Davis cette semaine, a reconnu Herbert. Pour moi, c'est une compétition complètement différente de ce qu'on a vécu les années précédentes avec les matchs à domicile, les matchs à l'extérieur, un public... C'est complètement différent et j'ai un petit peu plus de facilité à l'appeler la Coupe du monde de tennis".

"On verra ce que ça donne. Je suis juste heureux d'être là, de représenter la France, d'avoir été sélectionné par mon capitaine, de rejoindre mes potaux et de me battre et tout donner pour la France", a ajouté le joueur de 28 ans.

Vos commentaires