En ce moment
 

Frayeur pour David Goffin à l'Open d'Australie: son entraîneur évoque son état de santé

Frayeur pour David Goffin à l'Open d'Australie: son entraîneur évoque son état de santé
©Belga

David Goffin (ATP 11) devra faire contre mauvaise fortune bon cœur, ce samedi à Melbourne, pour espérer se qualifier pour les huitièmes de finale au détriment d'Andrey Rublev (ATP 16). Le Liégeois ne sera en effet sans doute pas à 100% pour aborder ce match contre le Russe, l'homme en forme de ce début d'année, vainqueur à Doha et à Adelaide, après s'être blessé à la hanche dans sa victoire en cinq sets jeudi soir contre Pierre-Hugues Herbert (ATP 64).

"Ça va super. Génial!", a-t-il ainsi glissé, sun un ton mi-blagueur, mi-ironique, avant de monter sur le court N.5, vendredi, un peu passé 16 heures, pour un entraînement tout ce qu'il y eut de plus light avec son coach, Thomas Johansson. Le N.1 belge s'est contenté de taper tranquillement la balle, l'espace d'une petite demi-heure, pour terminer par un panier de services. Il portait aussi un Kinesio tape noir à l'intérieur de la cuisse gauche, ce qui pourrait indiquer une gêne au niveau des adducteurs. Cela dit, vu la situation, avoir pu s'entraîner, est déjà une bonne nouvelle. "Je suis désolé. Je ne peux rien dire", a glissé de son côté son kiné, Patrice Wauthier, ce qui était quelque part compréhensible. Thomas Johansson, le coach de David Goffin, a toutefois accepté de lâcher quelques mots à la sortie de l'entraînement. Et le Suédois, vainqueur à Melbourne en 2002, se voulait plutôt optimiste. "It's okay", a-t-il confié en prenant le chemin des vestiaires. "David va bien. Je ne peux pas vous dire ce dont il souffre, mais nous savons ce que David a. Et ce n'est rien de trop sérieux. Il a reçu des soins hier soir et encore ce matin. L'entraînement était léger, oui, mais il en aurait été tout autant s'il n'y avait pas de souci physique. C'est généralement la manière dont les joueurs procèdent lorsqu'ils bénéficient d'un jour de repos entre deux matchs", a-t-il conclu.

Vos commentaires