Tennis: contrôlé positif, le N.1 mondial de double sauvé par son steak

Tennis: contrôlé positif, le N.1 mondial de double sauvé par son steak
Le Colombien Robert Farah, le 20 mai 2018 à RomeFilippo MONTEFORTE
 
 

Le tennisman colombien Robert Farah, N.1 mondial de double, a été blanchi après un contrôle antidopage positif à un anabolisant, la Fédération internationale de tennis (ITF) estimant que celui-ci était dû à la contamination d'une viande consommée par le joueur.

Farah avait été contrôlé positif à la boldénone lors d'un contrôle inopiné le 17 octobre et avait été provisoirement suspendu par l'ITF. Il n'avait ainsi pas pu participer à l'Open d'Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison.

Il avait alors attribué le test positif à la consommation de viandes colombiennes contaminées par cette substance souvent utilisée pour stimuler la croissance du bœuf.

"Les explications de M. Farah concernant la présence de boldénone dans son organisme ont été acceptées et il a été décidé qu'il n'était pas coupable de faute ou de négligence pour cette violation", a expliqué l'ITF dans un communiqué.

L'instance a conclu que l'ingestion de la substance n'était pas "intentionnelle" et a donc décidé de lever la suspension provisoire de Farah, "avec effet immédiat".

Cette décision peut faire l'objet d'un appel de l'Agence mondiale antidopage (AMA) ou du Comité olympique colombien (Coldeports) devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

La boldénone est vendue librement en Colombie sur ordonnance vétérinaire mais est interdite par l'Agence mondiale antidopage (AMA). En 2018, le Comité olympique colombien avait alerté les athlètes nationaux sur la présence de boldénone dans le bétail du pays.

Farah et son compatriote colombien Juan Sebastian Cabal ont remporté les deux derniers tournois du Grand Chelem de 2019 en double (Wimbledon et l'US Open). Malgré une interruption liée à la suspension de Farah, ils occupent toujours la première place du classement mondial de double de l'ATP.




 

Vos commentaires