Colombie: fournir des produits dopants désormais passible de prison

Colombie: fournir des produits dopants désormais passible de prison
Le siège de l'Agence mondiale antidopage (AMA) à Montréal (Canada)Eric THOMAS
 
 

Le gouvernement colombien a promulgué mercredi une loi punissant de peines de prison la fourniture ou l'administration de produits dopants, afin de récupérer son accréditation auprès de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

La loi prévoit des peines de deux à six ans de prison pour les fournisseurs, et sanctionne également l'incitation au dopage.

"Nous avons mis notre pays au niveau des meilleures pratiques internationales pour lutter contre l'une des grandes menaces dans le sport: le dopage", s'est félicité le président conservateur Ivan Duque.

Avec l'entrée en vigueur de la loi, le pays a inauguré un laboratoire antidopage, lui permettant de retrouver son accréditation auprès de l'AMA, perdue en 2017 après des "problèmes d'analyse" lors de contrôles.

En 2019, la principale équipe cycliste professionnelle colombienne a été prise dans un scandale après le contrôle positif de deux de ses coureurs. Au pays d'Egan Bernal et Nairo Quintana, le dopage est un problème récurrent dans le cyclisme, avec 33 coureurs actuellement sous le coup de sanctions pour usage de substances interdites selon la Fédération colombienne.




 

Vos commentaires