Critérium du Dauphiné: un parcours propice à la "bagarre"

Le parcours du Critérium du Dauphiné, répétition générale du Tour de France, dévoilé
(c) belga
 
 

La 73e édition du Critérium du Dauphiné (WorldTour), dont le parcours a été dévoilé lundi, s'élancera le 30 mai d'Issoire, dans le Puy-de-Dôme et se terminera le 6 juin aux Gets, en Haute Savoie, ont indiqué les organisateurs de l'épreuve.

L'année dernière, le Critérium du Dauphiné avait été déplacé en août et raccourci à cinq étapes en raison de la pandémie de coronavirus.

L'épreuve, considérée comme une répétition générale à quelques semaines du Tour de France, retrouve sa place habituelle au calendrier, et son format de huit étapes.

L'édition 2021 salue le retour du "chrono du mercredi", un contre-la-montre individuel de 16,5 km entre Firminy et Roche-La-Molière. Avant cela, les trois premières étapes seront réservées aux puncheurs et aux sprinters. Après le chrono, le peloton prendra la direction des Alpes, et ce dès la 5e étape du Sappey-en-Chartreuse où les coureurs franchiront le col de Porte.

Le lendemain, le Dauphiné découvrira la station de La Plagne, que l'on atteint après 17 kilomètres d'ascension (7,5 % de pente moyenne), et après avoir déjà fourni de gros efforts pour enjamber le col de Pré et le Cormet de Roselend.

Le dimanche 6 juin, la dernière étape concentre sur 145 kilomètres un enchaînement de montées avec les routes du col des Aravis, de la Colombière, la côte de Châtillon et surtout Joux-Plane et sa descente vers Morzine, avant la montée finale vers Les Gets (1160 m d'altitude). L'année dernière, Primoz Roglic, leader du général, avait abandonné après une chute dans l'avant-dernière étape. La victoire finale était revenue au Colombien Daniel Martinez.

"Tout est prêt pour une vraie belle grande bagarre pour gagner et se préparer pour le Tour de France. Sans parler du plateau avec la présence de Pogacar et Alaphilippe dans l'affiche, ça fait plutôt pas mal" a réagit Christian Prudhomme, dirigeant d'ASO, l'organisateur de la course, à nos confrères de l'AFP.




 

Vos commentaires