En ce moment
 

Cyclisme: le Giro mais pas le Tour pour Bardet en 2020

Cyclisme: le Giro mais pas le Tour pour Bardet en 2020
Romain Bardet conserve son maillot à pois de meilleur grimpeur à l'issue de la 20e étape du Tour de France, entre Albertville and Val Thorens, le 27 juillet 2019Marco Bertorello

Le Giro mais pas le Tour de France: Romain Bardet a annoncé mercredi les grandes lignes de son programme de la saison prochaine qui rompra résolument avec les années passées.

Deuxième du Tour 2016, troisième l'année suivante, l'Auvergnat qui est depuis plusieurs saisons le leader de l'équipe AG2R La Mondiale renonce à la plus grande course de la saison dont il est rentré profondément insatisfait l'été dernier, malgré le maillot à pois du meilleur grimpeur.

"Il est l'heure de m'ouvrir de nouveaux horizons et l'articulation de la saison est excitante, avec trois objectifs majeurs et trois pics de forme possibles", a expliqué le Français qui a fêté dernièrement son 29e anniversaire.

Les objectifs ? le Giro, du 9 au 31 mai, et deux courses d'un jour dans lesquelles il postule à la sélection en équipe nationale, l'épreuve en ligne des JO de Tokyo, le 25 juillet, et le championnat du monde en Suisse, le 27 septembre, qu'il compte aborder après sa participation à la Vuelta.

"Il n'a pas été simple de renoncer au Tour de France, qui m'a tant apporté et qui est une course que j'aime profondément", a ajouté Bardet qui a participé aux six dernières éditions de la Grande Boucle, en gagnant notamment trois grandes étapes de montagne entre 2015 et 2017. "Mais il était salutaire d'ouvrir une parenthèse dans la belle histoire qui me lie à cette course, pour mieux y revenir l'an prochain".

- La volonté de briller au Giro -

Même le profil du parcours du Tour 2020, qui fait la part belle à la moyenne montagne et aux grimpeurs, s'est avéré insuffisant pour faire pencher la balance. L'attraction du Giro et des deux grands rendez-vous, olympique et mondial, favorables aux grimpeurs, a été la plus forte.

"Le Giro est une course qui me fascine", a déclaré le Brivadois tenté depuis 2017 par la découverte d'un grand tour qui offre aussi des terrains de haute montagne et autorise une course moins cadenassée dès lors que les leaders s'expliquent plus rapidement entre eux.

"J'irai avec la volonté de briller et beaucoup de prudence. L'idée est d'être le plus haut possible sur le classement général", a ajouté Bardet.

Le coureur de la Haute-Loire reprendra la compétition dès le Tour Down Under en Australie, du 21 au 26 janvier, avant de courir en France au Tour du Var et des Alpes-Maritimes (20-23 février) puis aux Boucles Drôme-Ardèche (29 février et 1er mars).

Il participera début mars aux Strade Bianche, la classique italienne dont il a pris la deuxième place en 2018. Par la suite, il allait monter sur le podium de Liège-Bastogne-Liège (3e) et du championnat du monde (2e), deux performances donnant corps à ses ambitions dans les courses d'un jour.

"Le programme a été construit de manière concertée et réfléchie en tenant compte de ses aspirations", a ajouté le patron de l'équipe française, Vincent Lavenu, qui a salué le "très haut niveau de performance" et l'"implication remarquable" de Bardet dans le Tour depuis 2013.

Au départ de Nice, le 27 juin, Pierre Latour, double champion de France du contre-la-montre et meilleur jeune du Tour 2018 (13e), aura donc des responsabilités supplémentaires en l'absence de son habituel chef de file.

Vos commentaires