En ce moment
 

Des Boucles Drôme Ardèche "assez spéciales" pour Alaphilippe, de retour en France

Des Boucles Drôme Ardèche
Julian Alaphilippe lors de la 2e étape du Tour de Colombie, à Nobsa, le 12 février 2020JUAN BARRETO

Julian Alaphilippe s'attend à une course "assez spécial(e)" sur la Classic de l'Ardèche samedi pour sa première en France depuis son épopée jaune sur le Tour de France et assure ne pas être "déçu de (s)a condition", même s'il n'a pas encore signé de succès en 2020.

Est-ce que ces courses marquent le début de votre saison après une tournée sud-américaine frustrante ?

C'est ma première course en France donc c'est assez spécial. Ma saison a commencé comme elle a commencé, pas forcément de la meilleure des manières (abandon sur le Tour de San Juan). J'ai pu quand même bien travailler en Colombie. J'ai essayé de récupérer au mieux en rentrant et maintenant je suis très motivé pour les objectifs qui arrivent. (…) J'y allais pour faire une bonne semaine de course, un bon bloc de travail. Si je pouvais gagner, je l'aurais fait. J'ai fait le maximum et je n'étais pas déçu de ma condition.

Avec quelles ambitions venez-vous sur les Boucles dont le parcours semble taillé pour vous ?

Ces courses faisaient partie des options parce qu'il fallait que je cours entre la Colombie et Paris-Nice. C'est vraiment un format de courses qui me correspond bien, par leur profil. Pour l'instant, je suis juste impatient de remettre un dossard, de courir à nouveau et vraiment content d'être de retour en France. Ce sont des courses difficiles avec des ascensions raides, aussi bien demain (samedi) que dimanche. Je suis impatient de voir comment je vais me sentir. Même si depuis quelques jours, je ne me sens pas très bien, je suis un peu fatigué, j'ai été un peu pris. (...) Il va falloir aussi braver la pluie, ce n'est pas ce que j'apprécie le plus. (…) C'est l'enchaînement des difficultés et la météo surtout qui fera la différence pour moi. Si je ne suis pas bien d'entrée de jeu à cause du froid et de la pluie, ça ne va pas changer grand-chose que ce soit 3.000 m de dénivelé ou moins. (...) J'espère que ce week-end va me faire du bien pour voir un petit peu où j'en suis puis Paris-Nice sera vite là.

Pourquoi choisir de disputer le Tour des Flandres ?

J'ai un programme un peu différent de ce que j'ai l'habitude de faire et je suis impatient de découvrir ça. Si je l'ai demandé (de changer), c'est que j'en ai ressenti le besoin et l'équipe a bien compris. Je suis impatient de découvrir le Tour des Flandres, c'est vraiment une course qui fait rêver donc d'y être au départ pour la première fois, c'est top. Peu importe ce qui se passera, c'est un beau challenge d'y aller alors que je pourrais vraiment me concentrer à 300% sur les ardennaises (Amstel Gold race, Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège) sans être sûr d'y arriver. (J'ai) envie de gagner des courses que je n'ai pas encore gagnées. Être sur le Tour des Flandres que je n'ai jamais fait, c'est spécial, une approche différente.

Vos commentaires