En ce moment
 

Mondiaux de cyclisme - Le chrono, avec Evenepoel et Van Aert ambitieux, ouvre la semaine irisée

Mondiaux de cyclisme - Le chrono, avec Evenepoel et Van Aert ambitieux, ouvre la semaine irisée
 
 

(Belga) Le contre-la-montre élites messieurs ouvrira dimanche les Championnats du monde 2021 de cyclisme, organisés dans quatre villes flamandes, Knokke-Heist et Bruges pour les contre-la-montre, Anvers et Louvain pour les courses en ligne, ce qui lui vaut l'appellation officielle de "Flandres 2021". Avec Remco Evenepoel et Wout van Aert aligné dans le chrono, la Belgique jouera directement deux de ses plus belles cartes durant ces Mondiaux.

Depuis l'apparition du contre-la-montre aux Mondiaux en 1994, à Catane, jamais un Belge n'a été titré. Il a même fallu attendre 2018 et le bronze glané par Victor Campenaerts à Innsbruck pour voir le premier podium belge. Depuis, les médailles se sont enchainées, avec l'argent pour Remco Evenepoel à Harrogate l'année suivante et, à nouveau, l'argent de Wout van Aert l'an passé à Imola. Pour rester dans les épreuves chronométrées, Evenepoel a été champion d'Europe à Alkmaar en 2019 et médaillé de bronze à Trente la semaine passée. Tandis que Van Aert s'est offert le deuxième chrono du Tour de France à Saint-Emilion en juillet. Bref, les deux derniers lauréats du 'Sportif belge de l'année' disposent de solides références en la matière et peuvent rêver de lancer la semaine irisée en montant sur le podium, voire en enfilant le premier maillot arc-en-ciel mis en jeu. Les deux coureurs ne se sont pas cachés en conférence de presse durant la semaine. "Le rêve de tous les Belges est de nous voir, Remco et moi, sur les deux premières marches du podium mondial dimanche. Et c'est possible car nous sommes prêts", a lancé Van Aert, pour qui l'objectif est de "de changer la couleur des médailles cette année", après sa collection de breloques en argent. Un raisonnement partagé par Evenepoel, reparti de Trente avec une 2e (course en ligne) et une 3e place (chrono). "Je me dis que j'ai déjà aligné quelques beaux chiffres dans les championnats internationaux, espérons que j'ajouterai le chiffre 1 ces prochains jours." La concurrence sera néanmoins féroce, même en l'absence du Slovène Primoz Roglic, du Néerlandais Tom Dumoulin et de l'Australien Rohan Dennis, respectivement champion olympique, vice-champion et médaillé de bronze à Tokyo cet été. L'Italien Filippo Ganna, champion du monde en titre, et le Suisse Stefan Küng, double champion d'Europe, partiront avec les galons de favoris. A Trente, la semaine passée, le Suisse a devancé l'Italien pour 8 petites secondes. Mais la distance dimanche (43,3 km) sera presque la double qu'à l'Euro (22,4 km) et l'Italien pourra déployer toute sa puissance sur le parcours belge.  Le Slovène Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France, où il a d'ailleurs gagné le premier chrono, à Laval, figure parmi les outsiders, bien qu'il n'ait pas brillé à l'Euro. Le Suisse Stefan Bissegger, quatrième de l'Euro, l'Italien Edoardo Affini, le Danois Kasper Asgreen, le Français Rémi Cavagna ou encore l'Allemand Tony Martin, recordman de l'épreuve avec quatre titres mondiaux, pointent aussi au rayon outsiders, sachant qu'un championnat du monde réserve parfois l'une ou l'autre surprise. Un parcours de 43,3 km entre Knokke-Heist et Bruges attend les coureurs. Après le départ sur la plage, près du casino, les coureurs rouleront le long de la mer pendant 1,5 km. Suivra un passage par le centre de Knokke-Heist avant de prendre la direction de Dudzele et Damme en traversant des paysages dépourvus de protection contre le vent, notamment lors du passage le long des canaux. A Bruges, les élites masculines passeront par le centre historique de la ville. La ligne d'arrivée se situera à place 't Zand. (Belga)


 




 

Vos commentaires