En ce moment
 

Sensationnel: Remco Evenepoel est champion du monde, 10 ans après Philippe Gilbert

Sensationnel: Remco Evenepoel est champion du monde, 10 ans après Philippe Gilbert
(c)Belga
 
Remco Evenepoel
 

Il y a eu Philippe Gilbert à Valkenburg en 2012, il y a désormais Remco Evenepoel à Wollongong en 2022.

Le coureur de 22 ans est devenu champion du monde de cyclisme sur route en remportant l'épreuve en ligne des Mondiaux dimanche en Australie. Au terme des  266,9 km d'un parcours le long du Pacifique entre Helensburgh et Wollongong, le Brabançon flamand, parti seul à 26 kilomètres de l'arrivée, s'est imposé en solitaire après une nouvelle démonstration. La 2e place à 2:21 est revenue au sprint au Français Christophe Laporte et la 3e à l'Australien Michael Matthews et la 4e à Wout van Aert.

Evenepoel succède au palmarès au Français Julian Alaphilippe, qui est son équipier chez Quick-Step Alpha Vinyl, vainqueur en 2020 à Imola et l'an passé à Louvain. Il offre à la Belgique un 27e titre mondial chez les professionnels; le premier depuis dix ans et Philippe Gilbert sacré en 2012 à Valkenburg. La Belgique est d'ailleurs la nation qui compte le plus de titres de champions du monde. Loin devant la France, qui occupe la 2e du classement avec 19 sacres.

Remco devient le 19e champion du monde belge de l'histoire.

Belgaimage-45622929

"Ce fut une très longue saison et la finir comme cela c'est super", a déclaré le nouveau champion du monde à l'arrivée aux organisateurs.

"J'ai vite senti que j'étais plus fort que Lutsenko et sur un tel circuit il n'y avait pas de raison d'attendre plus longtemps. Le coach me disait constamment que mon avantage augmentait."

Un an après le couac des Mondiaux de Louvain, Remco Evenepoel a précisé: "Aujourd'hui on a roulé comme une équipe. On voulait devenir champion du monde en équipe. Ma chance était de partir plus tôt. Wout van Aert devait lui attendre et miser sur un sprint."

Belgaimage-45623244

"Gagner un grand tour, un monument et le championnat du monde, faire une meilleure saison que celle-là ce n'est pas possible", a rigolé le natif d'Alost.

Il avait pris la médaille de bronze dimanche passé dans l'épreuve contre-la-montre de ces mêmes Mondiaux. Evenpoel décroche la 37e victoire de sa carrière et la 15e de la saison après notamment Liège-Bastogne-Liège la Clasica San Sebastian et deux semaines après sa victoire historique dans la Vuelta.

La course

Le parcours proposait aux coureurs de longer la côte pendant 22 kilomètres avant d'aborder un premier circuit de 34,2 km comprenant le Mount Keira (8,7 km à 5%). Après 60 km, le circuit de Wollongong, de 17,1 km avec le Mount Ousley (700m à 6,7%) et le Mount Pleasant (1,1 km à 7,7%), à répéter 12 fois, attendait les prétendants au maillot arc-en-ciel.

Douze coureurs partaient à l'aventure en début de course: le Slovène Jaka Primozic, le Suisse Simon Pellaud, l'Américain Scott McGill, le Canadien Pier-André Coté, le Néo-Zélandais James Fouché, le Polonais Lukasz Owsian, le Tchèque Michael Kukrle, le Letton Emils Liepins, le Slovaque Juraj Sagan, le Mongol Bilguunjargal Erdenebat, l'Israélien Guy Sagiv et le Brésilien Nicolas Sessler.

Belgaimage-45621810

Le premier coup de théâtre survenait après 30 km avec l'abandon du Néerlandais Mathieu van der Poel, qui avait connu une nuit agitée avec une interpellation samedi soir à la suite d'un incident à son hôtel.

Sur le Mount Keira, l'équipe de France haussait le rythme et essorait déjà le peloton, à 225 km de l'arrivée. Les offensives françaises provoquaient la création d'un groupe de 25 coureurs, dont Wout van Aert et le Slovène Tadej Pogacar. Pieter Serry, le Français Pavel Sivakov, les Australiens Ben O'Connor et Lucas Plapp et l'Italien Samuele Battistella sortaient de ce groupe pour aller en poursuite derrière les onze échappés, Erdenebat ayant été distancé.

La jonction entre ces deux groupes s'opérait à 152 km de l'arrivée. Seize hommes se retrouvaient donc à l'avant. Ils comptaient près de 7 minutes d'avance à mi-parcours.

Les Français reprenaient l'initiative à 75 km de l'arrivée, provoquant la formation d'un groupe de 20 coureurs, avec Remco Evenepoel, Quinten Hermans et Stan Dewulf côté belge.

Ce groupe revenait sur ce qui restait du groupe de tête à 60 km de la ligne. Après les différentes bosses, 25 coureurs, dont Evenepoel, Hermans et Serry, entamaient les trois derniers tours avec 2 minutes d'avance sur le peloton.

Belgaimage-45620472

Evenepoel attaquait avec le Kazakh Alexey Lutsenko à 35 km de l'arrivée. Le groupe derrière eux se scinda. Un duo formé de l'Italien Lorenzo Rota et le Suisse Mauro Schmid était rejoint par le Néerlandais Pascal Eekhoorn et le Danois Mattias Jensen et assurait la chasse et limitait leur retard à une vingtaine de secondes. Le reste du groupe où figurait Hermans se retrouva à une minute. Le peloton avec Wout van Aert était pointé rapidement à 2:30.

Remco Evenepoel décramponna Lutsenko à 26 km de l'arrivée dans l'avant-dernier passage sur le Mount Pleasant et fila seul vers un nouveau triomphe deux semaines après sa victoire historique dans la Vuelta. Derrière, Wout van Aert secoua le peloton sur la même bosse.

Au passage sur la ligne, à 17,1 km de la conclusion, Evenepoel avait relégué Lutsenko à 46 secondes et les quatre suivants à 1:10. Le groupe avec Hermans passait à 1:33 et le peloton van Aert à 2:30. Plus rien ne pouvait priver Remco Evenepoel du maillot arc-en-ciel. Le peloton réussit dans les derniers hectomètres à reprendre les coureurs intercalés ce qui offrit un sprint royal pour les deux dernières places sur le podium.


 

Vos commentaires