En ce moment
 

Tour d'Italie: Hindley remporte le sprint devant Bardet au sommet du Blockhaus

 
 

Un sprint au sommet du Blockhaus ! L'Australien Jai Hindley a devancé Romain Bardet et l'Equatorien Richard Carapaz pour gagner dimanche la 9e étape du Giro toujours mené par l'Espagnol Juan Pedro Lopez.

"Difficile à accepter", a pesté Bardet, battu de peu sur la ligne par celui qui était encore son coéquipier l'an passé avant que Hindley ne rejoigne l'équipe allemande Bora. Le Français, l'un des hommes forts de l'ascension finale, a regretté une erreur dans le dernier virage qui lui a coûté le succès d'étape que six coureurs se sont disputés à 1665 mètres d'altitude.

Dans cette longue et éprouvante ascension (13,6 km à 8,4 %), trois des prétendants à la victoire finale ont affiché une légère supériorité, sans parvenir à prendre un avantage définitif. Carapaz, le premier à dégainer à 4.600 mètres du sommet, a vu revenir aussitôt Bardet et l'Espagnol Mikel Landa.

Mais le trio, qui ne n'est pas entendu, a fini par être rejoint par un autre trio de poursuivants mené presque exclusivement par le Portugais Joao Almeida devant Hindley et le vétéran italien Domenico Pozzovivo (39 ans).

"C'est dommage", a déploré Bardet à propos de la mésentente qui a régné dans le groupe de tête. "J'ai eu l'impression que tout le monde était un peu en dedans".

- Cinq coureurs en 20 secondes -

Cette quasi-égalité de niveau a provoqué un resserrement des valeurs au classement derrière Lopez qui a été distancé au Blockhaus après un accrochage sans gravité à 8 kilomètres du sommet.

Avant la journée de repos à Pescara, sur la côte adriatique, Almeida, deuxième à 12 secondes du maillot rose, compte 2 secondes d'avance sur Bardet et 3 secondes sur Carapaz, le favori numéro un de l'épreuve. Mais Hindley, deuxième du Giro 2020, se situe à seulement 8 secondes du Portugais.

En revanche, des candidats déclarés au podium ont perdu toute chance. Cinq jours après sa chute survenue au début de l'étape de l'Etna, le Britannique Simon Yates a été distancé dès les premières pentes du Blockhaus, quelques instants après le "régional" Giulio Ciccone. A l'arrivée, le débours du Britannique, troisième du Giro 2021, a dépassé les 11 minutes.

Autre perdant notable, le Néerlandais Wilco Kelderman, retardé par une crevaison à l'approche de la montée finale, a cédé lui aussi près de 11 minutes. Et perdu toute espérance, sauf renversement extraordinaire de situation, de faire aussi bien qu'en 2020 (troisième).

Par comparaison, le retard du Britannique Hugh Carthy, inférieur à 4 minutes, reste limité. Quant au Français Guillaume Martin, il a limité la perte à un peu plus d'une minute pour rester placé au classement général (6e à 28 sec) au lendemain de sa magistrale opération comptable (gain de trois minutes) du côté de Naples.

Hindley n'avait plus gagné depuis l'étape de montagne du Giro 2020 arrivant aux Laghi di Cancano, tout au nord de la péninsule.

"J'ai eu beaucoup de contre-temps depuis", a déclaré l'Australien, qui est âgé de 26 ans. Sans se projeter exagérément sur la suite, lui qui a perdu le Giro 2020 seulement le dernier jour, au profit du Britannique Tao Geoghegan Hart: "On n'en est encore qu'à la fin de la première semaine."


 

Vos commentaires