Coup de théâtre sur le Tour de France: Pogacar survole le chrono et prend le maillot jaune à la Planche des Belles Filles

Coup de théâtre sur le Tour de France: Pogacar survole le chrono et prend le maillot jaune à la Planche des Belles Filles
©AFP
 
 

Le Slovène Tadej Pogacar a créé la sensation sur le Tour de France ce samedi. À seulement 21 ans, le coureur de l'équipe UAE Emirates a survolé le seul chrono de cette édition 2020. Il a bouclé les 36,2 kilomètres entre Lure et le sommet de la Plancehe des Belles Filles en moins d'une heure : 55'55".

En plus de ce contre-la-montre, Pogacar réalise un tour de force en s'emparant du maillot jaune de leader au détriment de son compatriote Primož Roglic. Pogacar a distancé de 1 minute 56 secondes Roglic, qui portait le maillot jaune depuis la sortie des Pyrénées (9e étape). Un coup de théâtre que peu de monde n'avait vu venir. Pareil renversement de situation ne s'était pas produit dans le Tour depuis la mémorable édition de 1989, quand l'Américain Greg LeMond avait dépossédé Laurent Fignon du maillot jaune le dernier jour dans le "chrono" se terminant sur les Champs-Elysées.

En devenant leader de ce Tour de France lors de l'avant-dernière étape, le slovène est quasi assuré d'être vainqueur sur les Champs-Elysées demain et de devenir le plus jeune vainqueur de l'après-guerre. Il réalise ainsi un triplé impressionnant en étant porteur de trois maillots distinctifs : maillot jaune de leader, maillot blanc de meilleur jeune (moins de 25 ans) et maillot blanc à pois rouges de meilleur grimpeur.

Il s'agit également de sa troisième victoire d'étape sur ce Tour de France. Au classement de l'étape, Pogacar a repoussé le deuxième, le Néerlandais Tom Dumoulin, à 1 min 21 sec, selon un chronométrage officieux.

Mon rêve était de participer, je l'ai gagné

"Je suis en plein rêve, je ne sais pas quoi dire. On rêvait de ça depuis le début et on a réussi. C'est incroyable. Mon rêve était juste de participer au Tour de France et aujourd'hui je l'ai gagné lors de la dernière étape (sic). On a fait une reconnaissance et je connaissais chaque virage, chaque endroit où accélérer. Je n'entendais mon directeur à la radio que sur la première partie. Ensuite, je n'entendais plus rien dans la montée avec le bruit de la foule. Mais je connais bien la montée alors je suis allé à fond jusqu'au bout" a savouré le jeune cycliste.

Du côté de la Jumbo-Visma, équipe de Primoz Roglic et du Belge Wout Van Aert, c'est la douche froide. Le désormais second du Tour de France est apparu abattu et perdu à son arrivée ne semblant pas réaliser ce qu'il venait de se dépasser dans la rampe de la Planche des Belles Filles. "Nous ne l'avons pas vu venir", avoue son coéquipier Tom Dumoulin. "Nous n'avions pas imaginé cela, c'est un coup dur", a-t-il ajouté.




 

Vos commentaires