Accueil Sport

Voile: 1.000 milles en 24 heures, la convoitise "Ultime"

Parcourir près de 2.000 kilomètres (1.000 milles nautiques) en 24 heures, c'est la nouvelle folie des bateaux les plus rapides du monde, les Ultimes, qui ont dans leur viseur ce record qui tient depuis 12 ans.

Le record des 24 heures séduit les meilleurs marins depuis des décennies. Après Mike Birch, Steve Fossett, Grant Dalton ou encore Bruno Peyron, c'est au tour de François Gabart, Franck Cammas, Thomas Coville de se lancer à la conquête de l'exploit.

"La barre des 1.000 milles, elle sera extraordinaire. Faire prendre conscience aux gens qu’on utilise le vent pour avancer mais qu’on va deux fois plus vite que le vent. Sur le compteur, 40 nœuds (74 km/h), même pour nous, ça reste une émotion incroyable. C’est un marqueur pour nous très important", explique à l'AFP Thomas Coville, à la barre d'un Ultime (Sodebo Ultim 3).

Ces bateaux, des maxi-trimaran géants (32 m de long) capables de voler grâce à leurs foils (appendices latéraux), sont des machines de dernière génération, réservées à une poignée de marins émérites, qui seuls peuvent aller chercher ce record.

C'est en 1854 que la toute première marque fut établie: entre le 10 et le 11 décembre, le capitaine Alexander Newlands parcourait 467 milles nautiques (865 km) à 19,6 noeuds de moyenne (36 km/h) à bord du Champion of the Seas, un immense voilier de 69 mètres (225 pieds).

- "De l'ordre du possible" -

Il faudra attendre 140 ans pour que soit homologuée la première performance, par la WSSR (World Sailing Speed Record Council). En 1994, Laurent Bourgnon, sur son trimaran de 60 pieds (18 m), parcourait seul 540 nm (1.000 km), à 22,5 noeuds de moyenne (42 km/h).

Aujourd'hui, il s'agit d'aller deux fois plus vite, 27 ans après Bourgnon.

"Quarante-deux noeuds (78 km/h) en une heure, c'est un chiffre impressionnant. Et si on arrive à faire ça sur le record des 24 heures, waouh! C'est top ! C’est 1.000 milles. Ce serait génial d’arriver à faire ça. Ce n’est pas un truc complètement dingue, c’est de l’ordre du possible", souligne auprès de l'AFP François Gabart, détenteur du record du monde en solitaire (42 jours) et skipper du dernier-né des Ultimes (SVR Lazartigue).

Franck Cammas, lui, a déjà inscrit son nom sur la liste du record des 24 heures. En 2007, sur Groupama 3 (trimaran de 31 mètres), il a parcouru 794 nm (1.470 km), à 33,08 noeuds de moyenne (61 km/h).

"Pour l’instant nos bateaux volants n’ont pas battu le record des 24 heures, mais on n'a pas fait non plus le record de l'Atlantique et c’est là souvent où on le fait. Et aussi sur le Trophée Jules Verne, sur la partie atlantique sud", détaille à l'AFP Franck Cammas, skipper du Maxi Edmond de Rothschild, conjointement avec Charles Caudrelier.

Pour viser les 1.000 milles en 24 heures, il faut avoir des conditions relativement similaires durant 24 heures et un parcours long. Rien de mieux qu'un tour du monde. Et Cammas et Caudrelier ont bien l'intention d'accrocher rapidement la performance, d'autant qu'ils tenteront dès la fin décembre le Trophée Jules Verne, le record du tour du monde en équipage, soit 40 jours et 23 heures à battre.

- "Mur du son" -

Ils pourraient donc au passage améliorer la marque des 24 heures, qui n'a plus bougé depuis 2009 et les 908 nm (1.681 km) à 37,84 noeuds (70 km/h) de Pascal Bidégorry (sur Banque Populaire 5, un trimaran de 40 m).

Et peut-être pousseront-ils leur machine volante à 50 noeuds (93 km/h), ce qu'aucun bateau de course n'a réussi.

"C'est un vrai mur physique, un peu comme le mur du son à l’époque des pionniers de l’aviation dans les années 50, quand ça ne passait pas. Ou alors ceux qui passaient ne revenaient pas parce que tout se désintégrait", commente Yves Le Blévec, skipper d'Actual Ultim 3.

"On n'en est pas à désintégrer les bateaux mais il y a un vrai phénomène physique qui fait qu’au-delà des 50 noeuds, ça ne marche plus, ça cavite. Il faudrait pouvoir changer de foils (pour des plus petits) et on n'y est pas", poursuit le navigateur, qui aimerait voir quelle couleur s'affiche sur l'écran quand le compteur monte à 50 noeuds --chaque dizaine apparaissant dans une couleur différente.

À lire aussi

Sélectionné pour vous