En ce moment
 
 

Kurt Dobbelaere rattrapé par le passé

 
 
L'infirmier de la maison de repos gantoise Privilege, Kurt Dobbelaere entend des voix. C'est ce que rapporte Me Taets, son avocat. L'homme qui a avoué avoir pratiqué quatre injections mortelles d'insuline à des patients n'a toujours pas donné de mobile. Pour expliqué son geste, il dit avoir été dirigé par la voix de sa mère décédée il y a neuf ans. Pour son avocat, ses problèmes psychiatriques pourraient expliquer les crimes. "Depuis la mort de sa mère en 1998, il entend des voix dans sa tête qui l'incitent à commettre des assassinats", dit Me Taets. Déjà condamné pour vol Kurt D., 43 ans, de Lembeke est bien connu de la justice. En 2001, il avait été condamné à une peine avec sursis pour avoir volé des patients. Sur base d'un rapport psychiatrique, qui montrait qu'il souffrait d'une forme de cleptomanie, son avocat avait plaidé le sursis.  Egalement accusé d'harcèlements L'homme avait également eu des soucis avec un précédent employeur pour des faits de mœurs. Lorsque la maison de repos Home Aline, qui a été reprise par l'asbl Solidariteit voor het Gezin (Solidarité pour la famille), l'a confronté avec ces faits en mai 2005, il a remis sa démission. Plusieurs collègues féminines l'ont accusé de harcèlement. Il aurait commis des attentats à la pudeur et aurait voulu les faire chanter. "Lorsqu'en mai 2005, après la fusion, les faits sont apparus au grand jour, il a vite plié bagage", a déclaré Erwin Devriendt, secrétaire de Solidariteit voor het Gezin.

 

Vos commentaires