Accueil Actu Magazine CPTLJD

"C'est le plus grand défi dans l'histoire de l'humanité": le militant Wouter Mouton s'exprime sur ses gestes de protestations

Dans l'émission "C'est pas tous les jours Dimanche" de ce dimanche 27 novembre, le militant écologiste Wouter Mouton, condamné pour avoir collé son crâne contre le tableau "La jeune fille à la perle", et le directeur général des Musées royaux des beaux-arts de Belgique Michel Draguet étaient les invités de Christophe Deborsu. Le militant s'est notamment exprimé sur les raisons de ses gestes de protestations.

Ce sont des gestes de protestation qui divisent la société. Depuis plusieurs semaines, différents activistes dans le monde n'hésitent pas à protester dans les musées pour alerter sur la situation climatique alarmante.

Pour le militant Wouter Mouton, l'avenir est sombre. "Je suis surtout inquiet de l'avenir de notre génération future" déclare-t-il. L'homme s'est vu condamné à 3 semaines de prison pour s'être collé la tête contre le tableau "La jeune fille à la perle" au musée "Mauritshuis" situé à La Haye aux Pays-Bas.

Une inquiétude pour l'avenir des musées

Face à ces différents gestes de protestation contre diverses œuvres d'arts, le directeur général des Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Michel Draguet, était invité à s'exprimer. "J'espère qu'on trouvera d'autres formules que des formules assez violentes et directe comme celle-là, pour pouvoir avoir un discours qui est un discours commun".

"Je ne vois pas d'autres possibilités pour attirer l'attention sur ce problème qui est totalement nié par le niveau politique" déclare Walter Mouton. Face à ces mouvements de plus en plus fréquents, Michel Draguet se dit inquiet. ""Moi ce qui m'inquiète très fort, c'est qu'un musée ne devienne plus un lieu de partage, de progression intellectuelle pour les uns et les autres, mais devienne un lieu où toutes les causes de la planète vont venir s'expliquer parce que la presse viendrait en rendre compte".

"Cela fait des années que je suis activiste et je me suis toujours limité à perturber un petit peu et à faire des protestations paisibles" se défend Walter Mouton. Un sujet qui divise donc et qui inquiète les responsables de lieux culturels. À voir comment va évoluer la situation et si un terrain d'entente peut être trouvé entre les militants et les directeurs de musées.

À la une

Sélectionné pour vous