Accueil Actu Vos témoignages

Condamnée par la crise énergétique la boulangerie de Pascale est sauvée de justesse: "On reprend goût à la vie"

Une boulangerie de Vencimont, dans les Ardennes, a été sauvée de justesse. Un producteur d'énergie éolienne lui propose une solution pour faire face aux factures que le couple de boulangers ne peut plus assumer.

La boulangerie Dumont de Vencimont était, jusqu'il y a peu, au bord de la fermeture définitive. Les prix de l'énergie ont failli avoir raison de ce commerce familial ouvert depuis presque 20 ans. "On avait fermé à cause de factures d'énergie qui étaient impayables", explique Pascale Dumont, propriétaire de la boulangerie avec son mari. "Les projections avaient été portées à 9.000€ par mois", se souvient-elle amèrement.

Pascale et son mari décident donc de fermer, temporairement dans un premier temps, pour faire diminuer les coûts. Les charges mensuelles restant tout aussi élevées avec la fermeture, le couple prend une décision difficile : "On a décidé de rouvrir de novembre à mi-décembre pour écouler notre farine, payer les charges mensuelles, et puis annoncer la cessation de notre activité".

Une période "très difficile" pour ces boulangers : "Mon mari était au bord du gouffre, avec des idées très noires". C'est en 2003 qu'il fonde la boulangerie Dumont, alors que Pascale le rejoint en 2018, en quittant l'enseignement.

Notre combat a sensibilisé un producteur d'énergie éolienne

La mauvaise nouvelle de la fermeture attire l'attention des médias, mais aussi d'une ASBL: "Notre combat a sensibilisé un producteur d'énergie éolienne situé à Houyet. Il nous a proposé son aide afin de pérenniser l'activité de la boulangerie", se réjouit-elle aujourd'hui.

Une proposition généreuse

Bernard Delville est le président de l'ASBL "à finalité sociale", Vents d'Houyet. L'ASBL détient plusieurs éoliennes et produit de l'énergie pour 10.000 ménages dans la région de Houyet

Touché par l'histoire de la boulangerie Dumont, Bernard Delville a décidé d'agir : "Les artisans, et pas qu'eux, sont en énormes difficultés, avec des coûts d'énergie astronomiques. On leur demande de payer à l'avance des montants pharamineux qu'on leur rembourse partiellement dans un an. Ils n'ont pas à jouer le rôle de banques", justifie-t-il.

C'est un projet pilote pour aider des gens que l'on trouve très motivés

Vents d'Houyet a ainsi proposé à la boulangerie un arrangement généreux : "La boulangerie Dumont choisit un fournisseur correct, lui paye le kilowattheure physique fourni au prix fixé avec Vents d’Houyet de 150 €/MWh, ce dernier payant directement au fournisseur le solde de la facture mensuelle d’électricité", expliquent-ils. "A contrario lorsque le prix de l’électricité sur le marché descend en dessous du tarif de 150€/MWh, la boulangerie paye son fournisseur et rembourse à Vents d'Houyet la différence".

"C'est un projet pilote pour aider des gens que l'on trouve très motivés, très engagés, qui souffrent très fort de cette histoire", ajoute Bernard Delville.

"Cela fait énormément de bien"

L'initiative généreuse de Bernard Delville est un réel soulagement pour le couple de boulangers. "Cela fait énormément de bien", nous confie Pascale. "On reprend goût à la vie, alors que tous les projets semblaient s'effondrer. En pouvant continuer notre activité, on peut se projeter à nouveau dans un avenir". De plus, cette aide leur permet de garder leur employé : "Donc on sait qu'on a une famille supplémentaire qui est sauvée en plus de la nôtre".

La boulangerie ne compte cependant pas rouvrir dans l'immédiat : "L'énergie est encore élevée, donc on n'ouvrira pas aux fêtes de fin d'année, puisque c'est une période hyper énergivore". La boulangerie rouvrira en janvier, Pascale précise toutefois que les prix des produits augmenteront.

Une association aux grandes ambitions

Ce geste de l'ASBL Vents d'Houyet s'inscrit dans ses valeurs : "Nous pensons que dans un monde hyper équipé et surabondant, la relation travailler-habiter peut et doit se reconstruire autour d’un territoire et de la proximité", explique l'association sur son site internet.

On voudrait le voir mis en place le plus vite possible

Bernard Delville est porté par un projet ambitieux, qui est, selon lui, une solution à la crise énergétique. Les communautés d'énergie sont des formes de partage d'énergie, basées sur l'autoconsommation : "On voudrait le voir mis en place le plus vite possible. Tout ce qui est produit localement est consommé localement, alors que ce qui n'est pas produit, c'est le producteur classique qui va le fournir. Mais la part d'autoconsommation locale est très intéressante, car elle peut être produite à un prix peu élevé", nous expose-t-il.

À l'heure actuelle, le manque de base légale en Wallonie fait que les communautés d'énergie n'existent qu'à des échelles très locales.

À la une

Sélectionné pour vous