Accueil Actu

Ils sillonnent la Belgique contre les préjugés: "On associe de plus en plus migrants et terrorisme"

La caravane des migrants, un collectif de sans-papiers qui passe de ville en ville pour sensibiliser la population au sort des réfugiés, est à Liège ce vendredi toute la journée. Samuel Ledoux et David Muller sont allés à leur rencontre pour le RTLINFO 13H.

"C’est l’entraide. Il y a des bénévoles qui viennent nous rendre visite et nous donnent des vivres. C’est en fonction de ces aides-là que nous nous en sortons. Ce qui n’est pas facile". Voilà comment Mathieu, un Togolais arrivé chez nous il y a 3 ans, expliquait la survie de leur collectif de marcheurs.

Leur but, c’est de déconstruire une certaine fausse image que la population peut se faire des migrants. Comme celle qui voudrait qu’ils ne viendraient en Belgique que pour les aides sociales. "Bien sûr on cherche du travail, mais on travaille au noir. Il faut bien vivre. On n’est pas paresseux, on ne veut pas rester à la maison, on veut travailler", expliquait un autre sans-papier.

En tout, ils sont plus de 150.000 aujourd’hui en Belgique, et une nouvelle étiquette leur est malheureusement accolée. "On a constaté ces derniers temps qu’on associait de plus en plus la question des migrants au terrorisme ou alors à l’insécurité. Et ça ce sont vraiment des préjugés qu’il faut déconstruire", insistait France Arets, la coordinatrice du Comité de Soutien aux Sans-papiers.

Une dame venue les soutenir a résumé son sentiment sur l’accueil que notre pays devrait offrir à ces personnes. "Je suis solidaire avec les migrants. Quand c’était la guerre en 40 ou en 14, les gens fuyaient ailleurs et étaient accueillis. Et nous c’est la même chose, nous avons le devoir d’humanité d’accueillir les migrants qui fuient des situations inacceptables."

Dans les prochaines semaines, c’est à Verviers, Mons et La Louvière que la caravane s’arrêtera, avec son cortège d’humanisme à destination de tous.