Accueil Actu

Tchernobyl, escalade de la tour Eiffel: ces quatre athlètes relèvent des défis HALLUCINANTS (photos et vidéos)

Le collectif français "Hit the road" va d'exploit en exploit. Le terrain de jeu de ces athlètes hors du commun va d'un simple escalier à... la tour Eiffel ou l'ancien site nucléaire de Tchernobyl. Et si leurs réalisations donnent le vertige, eux ne tremblent pas. Après des années d'entraînement, ils ont appris à maîtriser ces éléments. Et contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, tous leurs défis requièrent un long travail de préparation. Témoignage.

Au départ, ils étaient trois: Paul, Clément et Nicolas. Originaires de la banlieue parisienne, ils ont créé en 2012 le collectif d'artistes "Hit the road", unissant athlètes, photographes et cinéastes. Deux ans plus tard, Leo, rencontré en Andorre, les a rejoints. "Nous sommes dédiés corps et âmes à notre collectif. Toujours à la recherche d’un nouveau lieu à explorer, d’une nouvelle photo à faire ou d’une nouvelle performance à accomplir. Chaque jour est une nouvelle aventure !", nous indiquent-ils. Et en effet, leurs réalisations de PARKOUR sont plus surprenantes les unes que les autres.


Parkour ? Mais qu'est-ce donc cela ?

Il s'agit d'une activité physique qui vise à optimaliser tout déplacement, de préférence hors des voies de passage établies. Escalade, course, sauts et équilibre: telles sont les techniques utilisées par ces 4 athlètes pour relever des défis hors norme, comme grimper sur la tour Eiffel à mains nues ou explorer la zone interdite de Tchernobyl. Avec un message à faire passer: "Hit the Road c’est une invitation au voyage, à l’exploration, et à la relation que nous avons avec notre environnement", précise Clément.

Photo: Hittheroad

Photo: Hittheroad

Des objectifs qui semblent complètement fous vus de l'extérieur. Mais penser cela, c'est mal les connaître. Car au-delà des images saisissantes, il y a un entraînement physique hyper exigeant. "Pour être capable d’accomplir de tels exploits et perdurer dans le temps, l’entraînement est quotidien et très intense. Il oscille entre répétitions de mouvement, musculation, escalade et course".

> TOUTES LES VIDEOS DE "HIT THE ROAD"


"Le rique 0 n'existe pas, mais on peut y tendre"

Quant aux projets, ils sont minutieusement étudiés et planifiés avant d'être mis en oeuvre. "Bien que cela puisse paraître dingue vu de l'extérieur, toutes nos destinations sont le fruit d’une longue réflexion. Ces 'no man’s land' comme Tchernobyl, où la faune et la flore reprennent vie, nous inspirent. Après plusieurs mois de recherches sur les risques potentiels liés à la radioactivité et à la faisabilité du projet, c’était parti. Généralement, on brainstorm tous ensemble, et les lieux qui retiennent notre attention sont minutieusement étudiés", confie encore Clément.

Photo: Hittheroad

Si leurs vidéos donnent le vertige ou crispent le téléspectateur, Paul, Clément, Nicolas et Leo, eux, ne tremblent pas au moment de passer à l'action. Ils savent que le risque existe, et ce danger potentiel les pousse à maîtriser tous les éléments, quitte à quasi entrer dans une autre dimension. "Le risque zéro n’existe pas mais on peut y tendre. Les années d’entraînement amènent à une maîtrise du corps et de l’esprit, si bien que la chute n’est pas envisageable, elle n’existe pas. Le vide, la peur, le vertige,... Toutes ces notions ne sont que des informations à prendre en compte. Mais elles ne nous paralysent plus, elles nous informent sur notre environnement et sur la position de notre corps dans l’espace, elles sont nos repères", explique Clément.


Photo: Hittheroad

Photo: Hittheroad

Et ces quatre professionnels ont un moyen élémentaire pour déterminer le risque potentiel. "Si avant de sauter tu considères l’éventualité de chuter, c’est que tu n’es pas encore prêt pour ce saut", ajoute Clément.


"Les idées fusent à chaque fois"

Des voyages mûrement réfléchis, des acrobaties travaillées et planifiées, et un risque toujours présent mais sereinement pris en compte. Les "Hit the road" sont loin d'être des têtes brûlées qui agissent à l'instinct sans évaluer les éléments qui les entourent. Mais quand ils se déplacent en rue, le parkour trotte dans leur esprit de façon permanente. Un escalier, un monument, un banc ou une bouche de métro. Tout éveille en eux un défi, une envie de se surpasser. "Les idées fusent à chaque fois", nous avouent-ils. Et si leurs gros projets requièrent pas mal de préparation, une petite acrobatie par ci par là peut être réalisée de façon plus spontanée. "Si le moment est propice on ne se prive pas !", concluent-ils.

Si vous ne pouvez pas visualiser la vidéo ci-dessous, cliquez ici

@ArnaudRTLinfo