BNP Paribas Fortis a fourgué des titres grecs à ses clients

En 2009, BNP Paribas Fortis a favorisé les obligations grecques en dépit des alertes. Des milliers de clients particuliers, même défensifs, ont plongé, peut-on lire samedi dans Le Soir.

Jusqu'à la mi-décembre 2009, malgré la chute de la Bourse d'Athènes, l'entrée de la Grèce en récession et les exhortations de Bruxelles envers Athènes, la banque BNP Paribas Fortis a continué à faire la promotion des obligations d'Etat grecques auprès de ses clients particuliers les plus frileux, de profils défensifs et même conservateurs.


Il n'y "avait aucune raison de douter de l'exactitude des données ou de la solvabilité de la Grèce à ce moment-là"

BNP Paribas Fortis se défend, arguant qu'il n'y "avait aucune raison de douter de l'exactitude des données ou de la solvabilité de la Grèce à ce moment-là". Fin novembre, un mail interne a pourtant donné l'alerte à divers cadres de l'entreprise, notamment en Private Banking, mais n'a pas été entendu.


"Près de 15.000 clients" sont concernés par ces dossiers

Cinq ans plus tard, pour les victimes, la perte oscille entre 50 à 60% de leur investissement. Lors d'un incident lié à une autre obligation grecque en décembre 2012, les courriers internes de la banque révèlent que "près de 15.000 clients" sont concernés par ces dossiers. Et dans ce nouveau cas, se trouvent aussi des particuliers au profil défensif.

Vos commentaires