En ce moment
 
 

Géorgie: procès d'un dirigeant d'opposition en pleine crise politique

Géorgie: procès d'un dirigeant d'opposition en pleine crise politique
 
 

(Belga) La justice géorgienne se penche jeudi sur le cas de Nika Melia, dirigeant du principal parti d'opposition dont l'arrestation en février avait sérieusement aggravé la crise politique dans laquelle est embourbé ce pays du Caucase.

Dirigeant du Mouvement national unifié (MNU), parti fondé par l'ex-président en exil Mikheïl Saakachvili, Nika Melia, 41 ans, avait été délogé lors d'une violente opération de police des locaux où il était retranché. Accusé d'avoir organisé des "violences massives" pendant des manifestations en 2019, Nika Melia juge les poursuites le visant comme politiquement motivées. Son arrestation avait été vivement dénoncée par les alliés occidentaux de la Géorgie et suivie d'une manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes à Tbilissi. Les audiences ont débuté jeudi dans cette affaire, dans laquelle M. Melia encourt jusqu'à neuf ans de prison. L'avocat de l'opposant, Guiorgui Kondakhichvili, a indiqué à l'AFP qu'il exigerait la libération de son client de sa "détention illégale". "Nous allons aussi protester contre la décision de la juge d'empêcher Melia d'assister à son propre procès", a-t-il ajouté. Des centaines de partisans de Nika Melia et des dirigeants d'opposition se sont rassemblés devant le tribunal, où les audiences ont lieu à huis clos en raison de la pandémie de coronavirus. Le cas de Nika Melia a ravivé la confrontation entre l'opposition et le parti au pouvoir du Rêve Géorgien. Ce dernier a remporté d'un cheveu les législatives d'octobre dernier mais l'opposition a dénoncé des fraudes et des pressions politiques et demande depuis de nouvelles élections. Au pouvoir depuis 2012, le Rêve géorgien a vu sa popularité décliner sur fond de stagnation économique et d'accusations d'atteinte aux principes démocratiques dans cette ex-république soviétique. (Belga)




 

Vos commentaires