La maman de Cyril, victime du tueur de Liège, témoigne: "Les coups de feu retentissent. Je suis fortement saisie. Je cale. Le tireur vient tirer à la fenêtre de mon fils"

La maman de Cyril, victime du tueur de Liège, témoigne:

Cyril n'avait que 22 ans. Ce mardi 29 mai, il a perdu la vie alors qu'il se rendait à l'école pour rendre son travail de fin d'étude. Il a été tué par Benjamin Herman, l'auteur de l'attaque de Liège. Sa mère, Fabienne, était dans la voiture avec lui et elle a assisté, impuissante, à son assassinat.

Ce mardi à Liège, Cyril venait de déposer son travail de fin d'étude. Il était presque diplômé. Sa maman était fière de lui. Sur le retour vers la maison, ils ont changé d'itinéraire pour aller faire des courses. Ils comptaient fêter l'événement avec un bon repas.

Sa maman interrogée par téléphone témoignait dans le RTL INFO 13H: "Au feu rouge, Cyril regarde par la fenêtre et il me dit: "Maman, il y a deux policiers qui sont morts, là sur le trottoir". Le temps de vite mettre ma première (vitesse), j'étais prête même à brûler le feu rouge, les coups de feu retentissent déjà. Je suis fortement saisie. Je cale. Le tireur vient tirer à la fenêtre de Cyril. Là, la fenêtre évidemment a volé en mille éclats. J'essaie de redémarrer la voiture et il retire..."

"Quand je vois vraiment qu'on n'arrive pas à s'en débarrasser, je me couche sur mon fils. Et en me couchant sur mon fils pour le protéger, c'était déjà trop tard. La balle avait déjà tué mon fils, parce qu'il était la bouche ouverte et ses grands yeux ouverts et moi, malheureusement c'est la dernière image que je me souviens de mon gamin. Là, j'ai essayé de redémarrer la voiture et lui quand il a vu que je bougeais dans la voiture, je peux jurer...Il a commencé à s'acharner sur moi, à me retirer dessus. Il ne m'a pas eue. J'ai su ouvrir ma portière et partir, malgré cela."

Derrière lui, des bruits d'élèves attirent son attention. Il prend la direction du lycée de Waha, tout en continuant à tirer.

Et la maman de confier: "C'est très douloureux pour moi d'avoir perdu mon fils. Je n'ai rien su faire. C'est très douloureux pour moi aussi, parce que je me dis: "Pourquoi lui et pas moi? Parce que je suis une maman. J'ai de la peine aussi parce que c'est déjà arrivé tellement de fois, que ce soit chez nous ou dans d'autres pays, les massacres barbares comme ceux-là sur des gens innocents. C'est arrivé tellement de fois, et c'est arrivé à nous cette fois-ci. Est-ce qu'il faut encore plus de peine et de regrets? Est-ce que cela continuera?"

Vos commentaires