Quatorze personnes arrêtées à Bruxelles: elles confectionnaient et vendaient de fausses cartes d'identité

Quatorze personnes arrêtées à Bruxelles: elles confectionnaient et vendaient de fausses cartes d'identité

C’est une information exclusive. D’après des sources policières contactées par RTLinfo, une importante filière de confection de faux-papiers à été démantelée la semaine dernière.

Les suspects sont des personnes d’origine tunisienne et marocaine qui habitent Bruxelles. Ils fabriquaient et vendaient de fausses cartes d’identité belges et des documents frauduleux de voiture. La police avait reçu l’information en août 2017. Ils ont mené une enquête avec des mises sur écoute et des observations. Comme ces documents ont été revendus à des personnes sans-papiers, les suspects sont aussi poursuivis pour trafic d’êtres humains.


Quatorze personnes ont été arrêtées

Dans ce dossier, les enquêteurs ont procédé à quatorze arrestations. Cinq personnes ont été placées sous mandat d’arrêt. Me Aurélie-Anne De Vos est l’avocate de l’un des suspects. Contacté par RTLinfo, elle refuse de commenter le fond du dossier : "Je précise simplement que mon client conteste les faits qui lui sont reprochés et nous attendons la suite de l’enquête qui est complexe", a-t-elle indiqué.

Les peines encourues sont importantes comme nous le précise Me Henri Laquay: "Selon l’Article 196 du code pénal, l'emprisonnement va de cinq à dix ans. De plus selon l'Article 197 celui qui utilise le faux est puni comme son auteur".


Parfois, ces faux permettent de commettre "des faits liés au terrorisme"

Interrogé de manière générale sur la problématique, Denis Goeman, le porte-parole du parquet de Bruxelles précise : "Nous prenons ce genre de dossiers très au sérieux. Non seulement les infractions relatives à des faux en écritures de pièces authentiques constituent des crimes passibles de dix ans de prison mais dans biens des cas, le faux en écriture constitue le levier pour commettre d'autres infractions telles que les escroqueries, vols avec violence et même parfois des faits liés au terrorisme, raison pour laquelle le parquet se doit d'être extrêmement vigilant en cette matière...." 

Vos commentaires