En ce moment
 
 

Delphine Boël est bien la fille du Roi Albert: à quoi aura-t-elle droit?

Delphine Boël est bien la fille du Roi Albert: à quoi aura-t-elle droit?

Le Roi Albert a, via un communiqué de son avocat, annoncé lundi qu'il a pris connaissance des résultats ADN et que ceux-ci indiquent qu'il est bien le père biologique de Delphine Boël. Dans ce communiqué, le roi a tenu à souligner qu'il n'a été mêlé à aucune décision familiale, sociale ou éducative relative à Delphine Boël.

Pour rappel, Delphine Boël avait introduit une action en désaveu de paternité de Jacques Boël, en vue de faire reconnaître le Roi Albert comme son "vrai" père. Un test ADN avait déjà conclu que Jacques Boël n'est effectivement pas le père biologique de Delphine.

Reconnue comme fille d'Albert, Delphine Boël pourrait prétendre "à un quart de ce que les autres enfants auront droit" au décès du souverain depuis qu'une récente loi sur les héritages a été modifiée en Belgique. "On peut garder la moitié de son héritage hors des enfants. Mais elle n'aura pas de dotation, elle n'aura aucun accès au trône puisque la constitution prévoit bien que les héritiers, les successeurs au trône doivent être légitimes, donc nés dans le mariage. Se pose alors la question du nom ou du titre qu'elle peut porter et là, la difficulté est que le nom originel du roi Albert I est de Saxe-Cobourg-Gotha mais après la Première Guerre mondiale, le Roi a fait supprimer toute référence (le nom faisant trop allemand). Sur l'acte de naissance du Roi Albert, il n'y a pas de nom de famille. Il y a un titre... Prince de Belgique. D'où la querelle juridique qui risque d'avoir lieu après", expliquait déjà en 2018 Martine Dubuisson, journaliste au Soir, lors de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" sur RTL TVI. 

Rappel des faits

Cette saga judiciaire remonte à 2013. Delphine Boël avait introduit une procédure en contestation de paternité de Jacques Boël, qui l'avait reconnue comme sa fille, en vue d'introduire ensuite une procédure en reconnaissance de paternité du roi Albert II, qu'elle considère comme son vrai père.

Jacques Boël n'avait pas contesté l'action en désaveu de paternité. Il s'était livré à un test ADN qui avait révélé qu'il n'est effectivement pas le père biologique de Delphine. Alors que le tribunal de première instance avait estimé en mars 2017 que Jacques Boël était le père légal de Delphine, compte tenu du fait qu'ils s'étaient comportés comme père et fille pendant des années, la cour d'appel a pris le contrepied de ce jugement en estimant qu'il ne l'est pas.

Delphine Boël a toujours déclaré être la fille du roi Albert II avec qui sa mère, Sybille de Selys Longchamps, a eu une liaison entre 1966 et 1984. C'est en 1999 que Delphine Boël a été présentée comme la fille illégitime d'Albert II par certains médias. Albert II a reconnu ensuite que son épouse, la reine Paola, et lui avaient "traversé une crise conjugale" dans les années 1970. Il n'a cela dit jamais admis être le père biologique de Delphine Boël.

Vos commentaires