En ce moment
 
 

Arrivée d’un nouvel opérateur de télécommunications dans les prochains mois : "Ça va changer le marché belge"

 
 

La ministre fédérale des Télécommunications était l’invitée de 7h50 au micro de Fabrice Grosfilley. Petra De Sutter a annoncé l’arrivée, dans les prochains mois, d’un nouvel opérateur de télécommunication roumain. DIGI proposera des prix 20% moins chers, ce qui pourrait "casser les prix" et mettre "une pression" sur le marché belge.

Une mise aux enchères des fréquences pour les 20 prochaines années vient d’être clôturée. Les 3 opérateurs historiques que l’on connaît déjà – Proximus, Orange et Télénet – ont récupéré leur part du marché. Mais la ministre fédérale des Télécommunications voulait élargir à de nouveaux opérateurs.

Petra De Sutter était l’invitée de 7h50 au micro de Fabrice Grosfilley. La ministre Groen du Gouvernement fédéral a ainsi annoncé l’arrivée non pas d’un mais de 2 nouveaux opérateurs sur le marché belge dans les prochains mois. L’un se consacrera plus au business et l’autre s’orientera vers le marché des consommateurs. "Si tout se déroule normalement, il pourra se développer dans les prochains mois", a-t-elle indiqué sur les ondes de Bel RTL.

Ce nouvel opérateur – appelé DIGI – est roumain et commence déjà à s’installer en Espagne, au Portugal et en Italie. Son arrivée en Belgique pourrait "casser les prix" et ainsi faire bouger le marché belge. "Pour les consommateurs, c’est important. S’il y a un nouvel entrant, les prix vont baisser. Les prédictions parlent de 20%, c’est quand même pas mal", dit-elle.

Nous sommes l’un des pays d’Europe où les tarifs sont assez élevés en ce qui concerne l’accès à Internet et à la téléphonie. "Je pense qu’il y aura une pression dans le marché pour offrir des tarifs plus avantageux que ceux qu’on connaît aujourd’hui. On verra ce que ça donne mais ça va changer le marché dans les années à venir", assure Petra De Sutter.

En réalité, DIGI est déjà présent en Belgique puisque l’opérateur a participé aux enchères. "Il est en train de s’installer. C’est encore trop tôt pour proposer des abonnements car il n’a pas les infrastructures, mais vers la fin de l’année, on va connaître leurs plans", poursuit la ministre fédérale des Télécommunications.

DIGI a l’obligation légale de couvrir tout le territoire, mais il bénéficiera d’un peu plus de temps que les autres pour s’installer. Cela afin qu’il y ait le moins possible de zones blanches. On parle de 2% de zones blanches pour la 4G et 0,2% pour la 5G. "Cela prendra du temps", avoue-t-elle, mais à terme, tout le monde sera couvert. 


 

Vos commentaires