En ce moment
 
 

ASCENSION IRRESISTIBLE: le PTB est la 3e force politique en Wallonie et à Bruxelles

  • Résultats du Baromètre politique RTL-Ipsos-Le Soir du côté francophone

  • Suivi des équipes du PTB sur le terrain pour expliquer la percée du parti

  • Résultats du Baromètre politique RTL-Ipsos-Le Soir du côté néerlandophone

 
 
Grand baromètre
 

Le PTB est l'incontestable gagnant de notre dernier Grand Baromètre RTL - Le Soir. Le MR s'en sort bien aussi. Deuxième en Wallonie avec 22% d'intentions de vote, il reste derrière le PS mais ce dernier chute. A Bruxelles, les libéraux sont en hausse et devancent le PS.

Le PTB (Parti des Travailleurs de Belgique) poursuit sa progression en Wallonie et à Bruxelles, pas au nord du pays où son aile flamande (le PVDA) reste à un niveau beaucoup plus faible. C'est l'observation principale qui peut être faite des résultats du Grand Baromètre, le sondage politique RTL - Le Soir réalisé par l'institut Ipsos entre le 19 et le 25 septembre.

En cette rentrée 2016, ils sont plus de 16% en Wallonie et 11% à Bruxelles à déclarer qu'ils voteraient PTB si des élections avaient lieu demain. La tendance n'est pas nouvelle. Mais elle ne fléchit pas, sondage après sondage, et désormais, le parti à la gauche du PS devient la troisième force politique du pays, loin devant le cdH et Ecolo, toujours en lent déclin et qui devront bien finir par se décider un jour à réagir s'ils ne veulent pas arriver aux élections législatives de 2019 dans la peau d'acteurs de second rôle.


Des choix plus radicaux... à droite ou à gauche

À ce nouveau bond du PTB, certains avanceront comme explication majeure la récente annonce de la fermeture du site de Caterpillar à Gosselies. Elle joue sans doute un rôle mais ce serait oublier que la hausse du parti présidé par Peter Mertens est constante et régulière depuis plusieurs années et ne peut se limiter à ce nouvel épisode de la déliquescence de l'activité industrielle en Wallonie. Le succès du PTB est le signe d'une désaffection des partis de gauche ou centre-gauche au pouvoir (PS, cdH) ou passé au pouvoir (Ecolo) par un nombre croissant de citoyens. Le phénomène n'est pas propre à la Belgique. Face à un monde qui se "radicalise" (précarité, mondialisation déshumanisée, terrorisme, etc.) une partie des populations d'Europe, entre désabusement et colère, fait des choix politiques plus... radicaux, à droite ou à gauche.

Le succès du PTB rappelle qu'une fraction de la population se trouve plongée dans la précarité ou la frôle. Si le chômage a baissé au cours des deux dernières années, il ne faut pas perdre de vue qu'il reste extrêmement élevé dans le sud du pays et la capitale. Et il en va de même avec le nombre de personnes émargeant au CPAS ou dépendant d'indemnités d'incapacité ou d'invalidité. Cette population veut une amélioration de sa situation et des discours neufs, ce qu'elle ne trouve pas dans la classe politique actuelle. On notera cependant que le MR, pourtant au pouvoir, ne baisse pas dans ce Grand Baromètre, au contraire des autres formations traditionnelles, et que la popularité du Premier ministre augmente dans tout le pays.


Le PS perd encore du terrain à Bruxelles

À Bruxelles, le PS, au pouvoir avec le cdH, continue son recul et cède encore du terrain au MR, premier parti de la Région. En Wallonie, les socialistes constituent toujours la première force politique mais on est loin, très loin de la domination passée et la distance avec l'ennemi principal, le MR, s'est fortement réduite.

En Flandre enfin, la N-VA reste confortablement installée sur son trône mais sa domination, là aussi, à l'instar du PS en Wallonie, n'est plus ce qu'elle a été. Elle pointe à 25% d'intentions de vote, en hausse par rapport au dernier grand baromètre mais en baisse de 6 points par rapport aux dernières élections. Le CD&V progresse à 17% et le PVDA, l'équivalent du PTB, n'est qu'à 3,9%.

LES RESULTATS

Si de nouvelles élections fédérales avaient lieu dimanche prochain, pour quel parti voteriez-vous?


WALLONIE

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 888 personnes sur les 982 personnes interrogées en Wallonie (90%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 10% des personnes interrogées. La marge d’erreur théorique maximale est de +/-3,3.

PS 24,7 (-0,9 par rapport au Grand Baromètre du mois de juin)
MR 22,3 (+2,2)
PTB-GO! 16,3 (+2,8)
cdH 9,8 (-2,2)
Ecolo 7,5 (-2,6)
Parti Populaire 6 (+0,5)
La Droite 4,3 (+2,4)
DéFI 2,4 (-0,9)
Autres 6,7


BRUXELLES

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 461 personnes sur les 500 personnes interrogées à Bruxelles (92%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 8% des personnes interrogées. La marge d’erreur théorique maximale est de +/- 4,6.

MR 20,3 (+0,7 par rapport au Grand Baromètre du mois de juin)
PS 15,5 (-2,2)
PTB*PVDA-GO! 11,2 (+3,4)
DéFI 10,9 (-0,2)
Ecolo 9,8 (+1)
cdH 7,8 (-0,1)


FLANDRE

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 904 personnes sur les 983 personnes interrogées en Flandre (92%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 8% des personnes interrogées. La marge d’erreur théorique maximale est de +/-3,3.

N-VA 25,9 (+1,7 par rapport au Grand Baromètre du mois de juin) 
CD&V 17,6 (+3,8)
sp.a 13,7 (-1,9)
Open Vld 12,5 (-0,7)
Vlaams Belang (-1,9)
Groen 10,7 (-0,4)
PVDA+ 3,9 (-0,9)
Autres 3,7

 




 

Vos commentaires