Les grandes banques veulent rendre les taux de nos comptes d’épargne négatifs: le gouvernement a tranché

  • Les banques veulent rendre les taux de nos comptes d

  • Tour d

 

Les grandes banques belges font pression sur le gouvernement pour obtenir le retrait de la limite des taux d'intérêts des comptes épargne, fixée à 0,11% en Belgique. Un taux plancher qui n’est déjà pas suffisant pour compenser les frais liés à votre compte présents dans la plupart des banques ... Le ministre des Finances a répondu ce mercredi aux banques.

S'il n'y a pas (encore) eu de demande officielle des grandes banques, la pression est de plus en plus forte pour que la Belgique laisse les banques faire ce qu'elles veulent, comme chez nos voisins où les banques appliquent déjà des taux négatifs.

Mais le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) veut maintenir le taux minimum pour les comptes d'épargne. Il balaie ainsi d'un revers de main les velléités du secteur, rapporte De Tijd ce mercredi. Chez nous, les banques sont légalement obligées de proposer un taux de base d'au moins 0,01% et une prime de fidélité de minimum 0,1%. Le taux d'intérêt doit dès lors atteindre au moins 0,11%. "L'inflation en Belgique est la plus importante de l'Union européenne. Les gens perdent déjà suffisamment d'argent avec des taux bas. Nous ne voulons pas renforcer cette tendance", explique M. Van Overtveldt. Le ministre des Finances n'entend dès lors pas écouter les griefs des banquiers qui remettent en question le taux minimum légal.

Mais pour les spécialistes du secteur, ce dossier devient inévitable. En effet, les banques sont sous pression car la Banque Centrale Européenne impose des taux d'intérêt négatif. Résultat: elles ont du mal à faire des profits, voire à couvrir leur frais. Pour maintenir leurs marges bénéficiaires, elles veulent donc imposer ces taux d'intérêt négatifs. Mais dans ce cas, les consommateurs perdraient leur épargne, avec le risque de voir ceux-ci retirer massivement leur argent des banques, ce qui créerait une spirale négative, puisqu'elles perdraient une source de financement.

Vos commentaires