En ce moment
 

Combien d'écoles contiennent de l'amiante à Bruxelles et en Wallonie? Y a-il des risques pour les enfants?

Combien d'écoles contiennent de l'amiante à Bruxelles et en Wallonie? Y a-il des risques pour les enfants?

Le collège communal de Grâce-Hollogne (province de Liège) a programmé une nouvelle réunion d'information, ce 28 mars, à l'attention des parents des 125 élèves de l'école du Boutte. L'établissement a été fermé le 12 mars dernier en raison de la présence d'amiante dans les résultats d'analyses de concentration de fibres dans l'air. 

Sait-on combien d'écoles sont touchées par ce problème à Bruxelles et Wallonie? La réponse est non. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il n'existe pas de cadastre inter-réseaux des bâtiments scolaires contenant de l'amiante. L'information existe mais elle est morcelée car chaque pouvoir organisateur de chaque réseau est responsable de réaliser l'inventaire amiante des bâtiments qu'il gère.


Un nombre impossible à déterminer 

Le cabinet Schyns nous affirme que son administration dispose d'un pourcentage global pour toutes écoles de son propre réseau sans être ne mesure de nous le fournir. Selon le laboratoire environnemental Fibrecount, plus de 70% des écoles belges (Flandre y compris) contiennent encore de l'amiante. Mais vu l'éclatement de l'information entre pouvoirs organisateurs, ce chiffre n'est pas possible à recouper.

"Nous ne sommes pas responsables des bâtiments de l'ensemble de l'enseignement catholique. Nous sommes des fédérations de pouvoirs organisateurs donc nous conseillons sur ce qu'il y a lieu de faire face aux bâtiments à risques", assure Etienne Michel, directeur général du SEGEC (enseignement catholique) au micro de Loïc Verheyen pour Bel RTL.


"Ce n'est absolument pas dangereux"

Côté communal, l'échevin des travaux publics de Schaerbeek assure qu'il surveille l'état de ses écoles de très près. "Il y a de l'amiante dans beaucoup de bâtiments mais ce n'est absolument pas dangereux. Nous savons où l'amiante se trouve, nous connaissons son état et nous contrôlons son évolution", précise Vincent Vanhalewyn . 

Vos commentaires