En ce moment
 
 

Coronavirus: la Belgique est un des pays où on teste le plus au monde (proportionnellement à sa population)

Coronavirus: la Belgique est un des pays où on teste le plus au monde (proportionnellement à sa population)
(c) Belga
 
CORONAVIRUS

Parmi les pays les plus touchés par la pandémie du coronavirus, La Belgique figure dans le "top 3" en ce qui concerne le nombre de tests effectués, a affirmé jeudi le ministre en charge de l'approvisionnement en matériel médical, Philippe De Backer, en se fondant sur une "comparaison internationale".

"Il ressort d’une comparaison internationale que la Belgique a un très bon score quant au nombre de tests effectués. Parmi les pays les plus impactés, la Belgique figure dans le top 3 en ce qui concerne le nombre de tests effectués", a communiqué aujourd'hui le cabinet du ministre Stéphane De Backer en charge des tests et fourniture de matériel (masques, etc.).

Les derniers jours, en moyenne 19.000 tests par jour ont été exécutés en Belgique.

40.000 tests par million d’habitants

"Par million d’habitants, on a effectué quasi 41.000 tests en Belgique. Uniquement l’Espagne et le Portugal nous dépassent avec respectivement 41.332 et 44.132 tests par million d’habitants. Nos pays voisins effectuent beaucoup moins de tests : l’Allemagne 30.400, les Pays-Bas 13.768 et la France 16.800 par million d’habitants", dévoile le cabinet du ministre.

graphique-1

La Belgique a fortement augmenté sa capacité à tester au cours des dernières semaines

"La position de tête sur le total des tests est la conséquence de la capacité de testing fortement augmentée. Actuellement, la capacité de testing est pleinement utilisée. Cela fait que la Belgique se trouve au sommet en matière de la rapidité de testing de notre pays. La semaine passée, uniquement les petits pays comme le Luxembourg, la Lituanie, l’Islande, le Danemark et Bahreïn ont dépassé le rythme de testing de notre pays", rapporte-t-on au cabinet.

"Nous pourrions effectuer 45.000 tests par jour, mais j’espère de tout cœur que nous n’aurons pas besoin de cette capacité. Cela signifierait que nous tenons le virus par la peau du cou et que nous ne lâcherons plus prise. Mais s’il semble nécessaire, dans le cadre de la recherche des contacts, alors nous le ferons", déclare le ministre Stéphane De Backer.

 

 

Vos commentaires