En ce moment
 
 

Coup de gueule des routiers "piégés" à Liège ou sur la E42

 
 

Le Syndicat et la Fédération du transport et de la logistique SECOP-ITSRE a dénoncé dimanche soir dans un communiqué le fait que des chauffeurs routiers se retrouvent "piégés dans des travaux mal signalés". Ils attirent également l'attention des autorités sur la signalisation des autoroutes E42 Liège-Namur et E40 Liège-Bruxelles, "peu conformes" à leurs yeux, et sur le manque de coordination entre les communes.

Le syndicat a pris en exemple la rue Ernest Solvay à Sclessin (Liège), actuellement en chantier afin d'aménager l'arrivée du tram dans la Cité Ardente. "Une déviation est bien mise en place. Elle est très bien signalée pour les automobilistes. Par contre, pour les camions, aucune signalisation n'est apposée sur le chantier (...) et des routiers se font piéger dans une voie sans issue", selon le SECOP-ITSRE qui ajoute que "cette situation n'est malheureusement pas unique."


Obligés de faire demi-tour sur une route où c'est impossible pour un camion

"La E42 entre Liège et Namur présente aussi ses problèmes de signalisation"
, selon le syndicat. "La législation sur l'interdiction de dépasser pour les 7,5 tonnes et plus en cas de pluie est complètement moquée", estime-t-il. Le syndicat met également en exergue la situation qualifiée de "risible", à la sortie Crisnée de l'autoroute E40, en direction de Saint-Georges-Verlaine. "Après le rond-point, nous pouvons constater en pleine campagne un premier panneau interdisant le passage des camions. A cet endroit, il est trop tard car il n'existe aucun endroit pour faire demi-tour", indique le SECOP-ITSRE.


"Impossible de faire de la distribution dans certaines régions de Belgique"

Le syndicat dénonce enfin ce qu'il appelle "la multiplication des interdictions de circuler dites de complaisances." "Dans la grande majorité des cas, il n'existe aucune concertation entre les bourgmestres des communes voisines et ceci dans le but d'avoir une certaine cohérence dans les interdictions, à tel point qu'il devient impossible de faire de la distribution dans certaines régions de Belgique", conclut le syndicat.



 

Vos commentaires